Le président du Comité National du Dialogue Social (CNDS), Ali Abass SEITCHI qui a permis, sous l’auspice de son institution, d’amener le gouvernement tchadien et les différentes centrales syndicales à parvenir à la signature de ce protocole d’accord entre les deux parties, livre ses impressions à Alwihda Info, à la fin de la cérémonie de signature de ce protocole d’accord entre le gouvernement et le plate-forme syndicale revendicative à la Primature.

 

Discussions autour de 2 points. 

Ali Abass SEITCHI : Le protocole est signé entre le gouvernement tchadien et la plate-forme syndicale revendicative. C’est pour dire que 5/7 points ont été à l’époque résolus. Et pour les 2 points restants, nous avons suggéré de les porter au niveau du comité technique tripartite pour pouvoir élucider cela en vue de trouver une solution.

C’est ce qu’on a fait aujourd’hui puisque le protocole avait prévu la mise en place du comité technique qui a été avalisé par un arrêté du premier ministre ; 3 à 4 jours après, il a procédé à son installation. Aujourd’hui, depuis à peu près 3 semaines, nous avons travaillé d’arrache-pieds.

Le compromis

Ali Abass SEITCHI : Nous avons trouvé un compromis que nous avons consacré par une résolution. Dans cette résolution, on dit que le comité technique tripartite, tout en sachant que le gouvernement est dans son rôle de faire l’adéquation entre les dépenses et les recettes, doit sauvegarder les acquis du travailleur. C’est pour ça que le comité va s’employer à examiner en profondeur la situation financière, l’évolution des recettes et proposer des solutions pour préserver les acquis des travailleurs.

L’encadrement du droit de grève

Ali Abass SEITCHI : Par rapport à la loi 032, on va faire la relecture de celle-ci pour voir s’il y a des choses qui ne vont pas et, ensemble, par consensus, on va trouver soit la formule pour corriger d’éventuels manquements, soit ,si c’est convainquant, on peut conserver la loi. Mais c’est dans la relecture qu’on pourra s’en convaincre.

La dynamique du dialogue

Ali Abass SEITCHI : Je retiens surtout que les Tchadiens se sont inscrits définitivement dans la dynamique du dialogue. Vous savez que c’est le dialogue qui permet de nous orienter ensemble dans le calme total afin de réfléchir et de trouver des solutions. Les solutions c’est pour nous. Il ne faut plus penser maintenant à demander au gouvernement de trouver une solution à la crise. Elle nous touche tous et on est tous concernés. Il faut traiter la crise en gardant la tête froide en tant que tchadien.

Surmonter la crise économique

Ali Abass SEITCHI : Une fois qu’on aura trouvé des voies et des moyens pour remettre le Tchad de la crise, à ce moment, on va faire de la politique. Mais pour l’instant, il faut tout faire pour surmonter la crise économique et financière.

En savoir plus sur http://www.alwihdainfo.com/Tchad-Il-faut-traiter-la-crise-en-gardant-la-tete-froide–Ali-Abass-Seitchi-President-CNDS_a53092.html#gkEVwOtCg9COHV7E.99

 

1246 Vues

  • Si il s’agit bien de la personne que je connais , c’est le comble . Cela fais tomber , le peu de cheveux qui me reste . Côment , cher ami et après 27 ans de mauvaise gouvernance , tu prétends trouver des solutions . A croire que durant toutes ces années , les Tchadiens ne souffraient pas .De grâce , ne prends pas , tous ces hommes et femmes , pour des imbéciles . Il n’y a que celui qui souffre qui est à même de mesurer sa souffrance : J’ignore combien te rapporte ta nouvelle fonction , ou combien de Marchés publics , tu en bénéficie . Dans tous les cas , à ta place , j’éviterai de me salir . Deby , l’assassin de Biso , n’à guère change ; les Tchadiens , les Syndicalistes en particulier , savent , de quoi sa tourne . De grâce , laissez leur gérer la situation . Rejoins donc les Tchadiens , qui se battent pour faire valoir leurs droits élémentaires .. soit , nous mettons un terme à la Tyrannie soit , soit , vous continuez à Mentir , Deby et ses acolytes , savent très bien ce qu’ils font : Ils ont enfoncé le Pays dans cette impasse , en toute conscience . La vérité , c’est qu’ils sont tous des NULS ….

    Commentaire par Taher Ali Nanaye le 10 avril 2017 à 1 h 44 min