Après avoir assisté au sommet du G5 Sahel qui a eu lieu le 13 janvier 2020 à Pau dans le sud-ouest de la France, le président Idriss Déby a prolongé son séjour à Paris pour, semble-il, un contrôle médical.

L’absence de communication officielle sur l’état de santé du président a alimenté les rumeurs les plus folles sur la toile et a semé la panique au sommet de l’État. Ainsi, M.Baradine Berdei Targuio, président de l’Organisation Tchadienne des Droits Humains (OTDH), a été arrêté manu militari pour avoir évoqué la santé du président sur les réseaux sociaux. Il est détenu dans les locaux de l’agence nationale pour la sécurité (ANS) depuis le 24 janvier 2020.

Il faut rappeler qu’au mois de décembre dernier, un autre acteur des droits de l’homme, M. Mahamat Nour Ahmed Ibedou, secrétaire général de la Convention Tchadienne des Droits de l’Homme (CTDDH), a été arrêté et placé en détention pendant plus d’un mois sans motif sérieux.

Le Conseil National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD) exprime sa vive préoccupation face au non respect des lois nationales et internationales, de la liberté d’opinion et des droits les plus élémentaires par le gouvernement du Tchad. L’expression libre de M. Baradine Berdeï Targuio ne pourrait justifier son arrestation par la police politique du régime.

Le CNRD demande sa libération immédiate et rappelle que les arrestations des militants de droits de l’homme, la traque des activistes de la société civile et des membres de l’opposition politique, la suspension des journaux et radios privés ne résolvent pas le problème de fond de notre pays qui reste la mal gouvernance.

Le CNRD lance un appel au Haut Commissariat des Nations-unies aux Droits de l’Homme (HCDH), à Amnesty international ainsi qu’à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples pour rappeler le gouvernement tchadien à l’ordre afin de respecter ses engagements internationaux.

Nous ne le dirons jamais assez, le pouvoir tchadien et ses soutiens extérieurs doivent se résoudre à accepter l’urgence d’organiser des assises nationales réunissant toute la classe politique et les acteurs de la société civile pour mener une transition pacifique afin d’éviter le pire que nous craignons.

Aucune autre gesticulation qui puisse faire entorse aux institutions en vigueur, si bancales soient-elles, n’est acceptable. L’agitation, ces derniers temps, des proches de M. Idriss Déby pour préparer une succession familiale afin de pérenniser le système actuel sera sans issue et hélas dommageable pour notre pays.

Fait à Genève, le 4 février 2020

Pour le Comité Exécutif du CNRD,

Le Secrétaire National Chargé de la Communication et

des Nouvelles Technologies de l’Information, Porte-parole du parti.

Docteur Abdelsalam Kadjangaba

1317 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article