L’erreur est humaine, mais persévérer dans l’erreur est diabolique… Disait quelqu’un.

Il faut échoir le perchoir à la société civile, les associations et les politico-militaires.

Le Conseil militaire vient de choisir les membres qui doivent siéger dans le Conseil national de transition, faisant office de parlement provisoire, mais plusieurs doutes minent les observateurs les plus avisés de la politique tchadienne, car en catimini, certains dans l’exécutif voudraient remettre en place le même système qu’Idriss Déby avait fait pérenniser des décennies durant.

Ces exécutifs indiqués voudraient faire avaliser à Mahamat Idriss Déby une proposition/décision à savoir imposer l’ancien président de l’Assemblée nationale, le grand voleur et cleptomane Haroun Kabadi.

Pourquoi lui, mais pas un autre?

La question est de savoir qui mieux que lui serait capable d’accepter certaines démarches malsaines ?

Qui mieux que lui est capable d’avaliser le travail de certaines mafias jadis dans le MPS et aujourd’hui dans le CMT?

Qui mieux que lui est capable d’avaler des couleuvres sur le dos des Tchadiens?

Le Conseil militaire de transition (CMT) commettrait une grossière erreur de confiance envers le peuple tchadien s’il décide de nommer Haroun Kabadi au perchoir. Qu’il fasse comme un référendum auprès des Tchadiens pour se rendre compte comment et combien de fois l’individu est honni et vomi par l’ensemble des Tchadiens.

Kabadi n’est pas défendable, car l’individu n’est ni digne d’habiter la fonction, ni de la représenter, encore moins occuper la responsabilité de cette fonction sensible pendant ce moment crucial de notre pays.

S’il fallait choisir un compatriote du Sud méridional, il y a une pléthore de cadres qui peuvent valablement relever le défi. Comprendre et dire que dans tout le Sud méridional il n’y a que le seul Kabadi qui a le profil, demeure comme une insulte à la mémoire de nos frères de cette partie du pays.

En imposant Kabadi, le CMT risquerait de perdre l’aspect confiance envers le peuple tchadien.

Selon nos informations proches de la présidence des Itno, le président de la transition Mahamat Idriss Déby a la ferme volonté de procéder à des changements en profondeur, mais certains autour de lui le tirent assez souvent vers le bas. Et cela semble-t-il à toutes les étages des décisions.

Pourquoi ne pas céder la tête du CNT à la société civile avec des conditions de non-dérapage et un cahier de charges assez claire pour éviter toute déviance ?

Pourquoi ne pas coupler une responsabilité à la tête du CNT des personnes issues de la société civile, les politico-militaires et d’autres associations diverses ?

Toutes les formules sont sur la table, mais il ne faut jamais répéter une image copiée/collée de l’ancienne Assemblée nationale source de malheur au peuple tchadien. L’ancienne Assemblée avec Haroun Kabadi à sa tête fait rappeler fort malheureusement la période impropre du régime Idriss Déby avec tout son corollaire de division, de déchirure et d’injustice. Et si le CMT veut vraiment aller vers le changement et prôner la paix souvent exprimée, il faut changer de manière et d’homme.

Dans un vrai système de gouvernance, des gens comme Kabadi et beaucoup d’autres iront directement en prison pour trahison et lâcheté envers le peuple et la république, mais pas encore venir se pavaner devant les Tchadiens.

L’entourage de Mahamat Idriss Déby (Daoussa Déby, Oumar Déby, Bedey, Taher Erda, Abdelkerim Idriss Déby, Zackaria Idriss Déby, Aziz Mahamat Saleh etc.) doit arrêter de prendre en otage le président de la transition et le laisser travailler astucieusement avec ses conseillers. Le contraindre par des démarches mafieuses, l’influencer par le canal du clan, y compris dans sa vie privée, ne rend pas service au peuple tchadien. Continuer de la sorte, c’est de mener les Tchadiens vers des frustrations pires que les 31 ans du régime Idriss Déby père non encore digérés par la population tchadienne…

Nous reviendrons sur le clientélisme exercé par les proches du clan sur le président de la transition (postes de responsabilités, acquisition de marchés publics, les conseillers toxiques, et les faiseurs de rois)

Tchadanthropus-tribune

974 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire