De sources dignes de foi, au lendemain de l’accord du gouvernement de reporter sine die la date du dialogue national inclusif et souverain, les membres du CODNI ont tenu mardi dernier une séance plénière qui a été très houleuse.

Le ministre d’État à la réconciliation nationale Acheikh Ibn Oumar et son gourou Armand Djegoltar ont été pris par l’assistance présente.

Selon nos sources, Armand Djegoltar, président du comité technique, était l’homme à tout faire de Acheikh et Abakar Adoum Haggar pour plusieurs membres du CODNI. Ancien DAF de l’ONASA et dont le dossier est encore pendant à la justice, le sieur Armand qui excelle dans le faux et usage de faux, il attribue des marchés en désordre sans consultation de qui que ce soit, pire il se permet de commander du matériel pour dit-on faire la retransmission en direct du dialogue le moment venu, alors que la télévision nationale dispose déjà des équipements ultras modernes pour ce genre d’événement.

De l’avis de certains observateurs, le ministre de la Communication Mr Abderaman koulamallah qui était présent à cette plénière n’est pas du tout content et il l’a fait savoir. C’est son département qui doit s’occuper et non Armand, président du comité technique, ce qui constitue un délit d’initié.

Le ministre de la Communication estime que la sous-commission de communication revient à son département et non aux agents de son département.

Les participants à cette plénière exigent également la dissolution de CODNI, ils reprochent au Premier ministre et au ministre d’État d’avoir coopté uniquement leurs affidés au sein de CODNI. Des gens sans aucune moralité quand il s’agit de dilapider l’argent de l’État et des projets.

Il faut une autre forme de gouvernance au Tchad, où une instruction civique doit démobiliser tout aspect mercantile, où les gens doivent d’abord travailler pour le pays avant qu’une quelconque rétribution soit acquise. Le fait d’annoncer de gros budgets, d’allouer des perdiems avant qu’un quidam bouge son cul pour son pays doit être annihilé.

Il faut complètement refonder les termes et les manières de gouvernance, comme si notre pays n’a pas les moyens financiers, et que l’homme doit s’investir pour le triomphe de la nation. Sinon, toute la société est devenue pourrie, et que seul l’argent guide le bon sens de tout ce monde.

N. B. Justifie amplement au report du Dialogue national. Les membres de codni sont guidés pour leur intérêt bassement matériel et la situation du pays. Les deux milliards huit cents millions de FCFA débloqués pour l’organisation du DNI. Suscitent la convoitise de ses membres qui veulent se remplir les poches.

Tchadanthropus-tribune

868 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire