Selon certaines sources, les combats dans les iles du lac-Tchad engageaient plusieurs forces en belligérance. La rumeur dans la capitale tchadienne laisse entendre qu’un des groupes rebelles basé en Libye aurait infiltré les ilots du lac-Tchad pour mener des opérations de guérilla contre le régime d’Idriss Déby. Mais l’investigation de la rédaction nous mène vers d’autres découvertes assez précises. Un commandant répondant au nom de Bokor Issa joint au téléphone indique qu’ils sont plusieurs groupes d’hommes qui mènent des opérations de sabotage sur l’armée d’Idriss Déby, et qu’ils seraient dirigés par un officier au nom de Nokour. Que les combats du mois d’avril 2017 et ceux du 24 au 26 juin 2017 présentés comme des attaques Boko-Haram sont en fait des opérations menées par leurs hommes, et que c’est par après que l’armée de Déby a mené ses contre-attaques sur les positions de Boko-Haram. L’attaque de l’hôpital garnison par leurs hommes avait causé plusieurs morts et blessés aux forces du régime Déby. Il affirme sans un hoquet que ses hommes ont tendu plusieurs embuscades à l’armée de Déby, mais que les médias n’en parlent pas. Et qu’ils sont confondus à Boko-Haram qu’ils combattent eux-mêmes. Si nos recoupements se confirment, la nouvelle doit être prise au sérieux par le régime Déby, car l’espoir de toute opposition politico-militaire pourrait prendre corps dans cette zone marécageuse et ombrageuse qu’est le lac-Tchad. Depuis ces jours, les mouvements d’hélicoptères sur le fleuve Chari jusqu’au lac-Tchad deviennent plus que réguliers… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

1815 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article