La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains (C.T.D.D.H) informe l’opinion nationale et internationale que  les  tortures les plus atroces ont été infligées le 12 Octobre 2014 à des femmes détenues à la prison d’Amsinéné  par les gendarmes chargés de la garde des prisonniers :

En effet, profitant d’une altercation survenue entre les détenues, les gendarmes ont intervenu et après avoir les avoir battues longuement se sont mis à trainer par les jambes  quatre d’entres elles vers  le principal bassin d’eaux usées contenant des urines ; là, ils se sont mis à plonger à plusieurs reprises leurs têtes dans ce bassin au point où certaines d’entre elles ont perdu connaissance.

Ces traitements humiliants et dégradants d’une brutalité inouïe exercés sur des femmes sont inacceptables et il est difficile de concevoir que ces pratiques puissent se dérouler dans un pays qui a ratifié presque sans réserves tous les instruments juridiques internationaux relatifs aux respects des droits humains. Un pays qui se veut démocratique ne peut pas ne pas réagir contre ces pratiques d’un autre âge.

La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits Humains  (C.T.D.D.H) exige la constitution immédiate d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur ces atrocités en vue de détecter et de punir les responsables de ces violations inacceptables des droits de ces détenues ; elle rendra par ailleurs le gouvernement tchadien responsables des conséquences qui adviendront des suites de ces pratiques barbares.

 

                             

Fait à N’djamena le 14 Octobre 2014               

 

Le Secrétaire Général 
Mahamat Nour Ibedou.

 

CONVENTION TCHADIENNE POUR LA DEFENSE DES DROITS HUMAINS

C.T.D.D.H

BP : 5839 Ndjamena E mail : ctddh_organisation@yahoo.fr;   Tel : +235 66267981 ; +235 92 10 69 83 Siege National : Avenue Oumar Bongo face à la Station- Service NIMRO

 

249 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article