Les vagues d’arrestation policière contre les femmes porteuses de Burka dans notre capital nous laisse vraiment perplexe et trop hésitant quant a l’intention du Ministre de la sécurité. Certaines d’entre les femmes arrêtées avouent être brutalisé et violenter par les agents de la police.

D’autres affirment qu’elles n’ont même pas portées la Burka, elles portaient divers sort des hidjabs simples ainsi que des différents type voiles mais malgré les explications qu’elles avançaient à la police, ces derniers refusent de comprendre et ils les ont embarqués manu-militari. Nous avons tous vus que les conditions d’incarcération des femmes arrêtées étaient très ignobles et très anormales, on les a étalés au soleil comme des gombos qu’on fait sécher.

Certaines d’entre elles affirment qu’elles sont enceintes et qu’elles risquent de complications de grossesse à cause des violences qu’elles ont endurées lors de leur embarquement. Elles étaient jetées dans les voitures telles des moutons. Notre « tout puissant » ministre de la sécurité a réagit d’une façon qui reste à désirer. Il vocifère devant les medias en imposant des amandes imaginaires de 100.000 francs à chaque femme arrêtée et que dorénavant toute femme appréhendée avec la Burka doit s’acquitter de la même somme. On dirai un faiseur des lois qui pense que toute la république repose sur sa langue dans laquelle les lois peuvent changer comme des simples haleines. Le Rajet veut savoir sur quel texte se base Mr Bachir pour fixer ses amandes incessantes ?

L’argent versé par les présumés accusés va-t-il dans la caisse de l’Etat ?

Au lieu de jouer le comique et l’imposteur, notre cher ministre doit chercher à résoudre les véritables problèmes de l’insécurité nationale et il doit arrêter de nous distraire avec ses comédies de mauvais gout devant les médias. En outre, nous demandons une enquête suivie des explications rapides sur les brutalités et les violences que ces femmes affirment avoir subies au cours de leur arrestation. nous condamnons d’avance les actes horribles, inhumain et impitoyable commis par le ministre de l’intérieur et ses agents sur nos sœurs, mamans et autres. Le Rajet demande a l’assemblée nationale de siéger dans le plus bref délai sur le problème de Burka et autres pour statuer une véritable loi anti-terroriste, la précédente étant obsolète vis-à-vis de la situation actuelle depuis la venue du « Mr faiseur des lois » dans le gouvernement.

 

Fait à Ndjamena le 19/10/2015 Le secrétaire général du RAJET Mahamat Issa Abdraman

 

Abderamane Mahamat issa

Ville : N’Djamena
Email : rajettchad@yahoo.fr

 

289 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article