Le nom du président du Conseil National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD), Dr Abakar Tollimi, figure sur une liste des personnalités de l’opposition politico-militaire Tchadienne et Soudanaise présumées responsables « des exactions sur le territoire libyen ».

Très étonné par cette accusation des autorités judiciaires de Tripoli révélée par la presse, le Bureau Exécutif du Conseil National de la Résistance pour la démocratie porte à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit :

1°) Installé depuis près d’une décennie sans interruption en France, le Président du CNRD n’est mêlé à aucune action militaire ou militaro-politique ni sur le sol Libyen, ni ailleurs ;

2°) Dr Abakar Tollimi n’a jamais séjourné en Libye depuis octobre 2007, date de la signature d’un accord de paix parrainé par Kadhafi entre le gouvernement du Tchad et l’opposition Tchadienne basée à l’époque au Soudan. Un accord qui a été aussitôt violé par le gouvernement du Tchad ;

3°) Depuis avril 2017, Dr Abakar Tollimi mène une activité politique pacifique au sein du CNRD, un parti politique légalisé en France.

Par conséquent, Dr Abakar Tollimi se réserve le droit d’explorer les voies et moyens juridiques et judiciaires pour être dans son juste droit de citoyen mais aussi d’opposant victime d’une instrumentalisation d’une juridiction d’un pays plongé dans le chaos et en proie à des violences entre groupes armés qui se disputent le pouvoir depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Au CNRD, nous restons très fermes dans notre engagement politique pour un changement pacifique au Tchad et rien n’entamera notre combat pour l’instauration d’une véritable démocratie dans notre pays.

Fait à Paris le 5 janvier 2019

Secrétaire national chargé de la Communication et des Nouvelles Technologies de       l’Information, porte-parole du CNRD

Dr Abdessalam Kadjangaba

819 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article