De source digne de foi, le gouvernement d’Idriss Déby est en train de commettre un grand forfait qui risquerait à l’avenir de compromettre l’accession de nos cadres aux institutions internationales.

Chaque tchadien, doit ressentir une fierté quand un de ses compatriotes est compétent dans les organes des institutions internationales, sauf ci ce dernier ne requiert pas les compétences et les diplômes requis.

Pour le bien du Tchad et le rayonnement de son image à l’international, il faut scrupuleusement regarder, contrôler, et exiger des candidats l’authenticité de leurs diplômes, la nature des expériences requises et surtout les domaines de compétences, pour que plus tard, quelles que soient les influences de la diplomatie tchadienne qui seraient mises en route, ledit cadre en question ne puisse ternir par irresponsabilité le nom du Tchad.

Pendant longtemps, les autorités ont négligé cet aspect en se cramponnant sur le favoritisme, le communautarisme et le sectarisme, en élevant un cadre ou soi-disant, à des postes de responsabilités alors que les résultats escomptés viennent contredire âprement les choix initiaux. Il faut revenir dès à présent sur une démarche républicaine caractérisant le patriotisme, car par-dessus tout il y a le Tchad et ses couleurs.

Le cas qui est aujourd’hui dénoncé est la proposition que voudraient faire les autorités du Tchad concernant Mr Mahamat Awaré Neissa.

Selon plusieurs recoupements, il s’avère qu’il éprouve une incompétence sur toutes les directions dans lesquelles il fut nommé. Dans la plupart des cas, c’est son appartenance au clan qui a prévalu au-delà des résultats de gestion.

Incompétence diton, nanti d’un diplôme qui reste à authentifier, car plusieurs zones d’ombres ne certifient pas son obtention.

C’est ce “ cadre “ qui est candidat au poste du Directeur général de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA).

Il nous est revenu que le Gouvernement du Tchad aurait soumis une candidature d’un certain MAHAMAT AWARE NEISSA pour briguer le prestigieux poste du Directeur général de l’ASECNA, ayant son siège à Dakar. Si c’est officiellement le cas, il faut se poser la question de savoir est qu’il n’y a pas d’autres Tchadiens méritants et compétents pour l’honneur du Tchad y compris dans sa communauté ? En temps normal, nos lecteurs auront remarqué que nous soutenons tous les Tchadiens qui postulent à l’internationale. Mais cette dernière candidature est scandaleuse du fait que le Tchad pourra proposer mieux.

En effet, il y a parmi les Tchadiens, des cadres qui présentent les meilleurs profils et compétents dans leur domaine pour briller sur l’échiquier international. On ne présente pas n’importe qui lorsqu’il faut se frotter à d’autres intelligences, mais surtout de prétendre diriger une institution spécialisée, technique et diplomatique comme l’ASECNA, vieille de soixante années.

Puisque le Directeur général de l’ASECNA doit avoir une solide formation en aéronautique (minimum bac+5), regardons de plus près les compétences et expériences de notre compatriote désigné, et en plus ce candidat doit démontrer une expérience professionnelle riche et soutenue dans le domaine de l’aviation civile.

Le candidat présenté par notre pays en la personne de MAHAMAT AWARE NEISSA ne remplit aucun critère pour être élu au poste de Directeur général de l’ASECNA. Cherchons ailleurs des Tchadiens ayant ce profil.

Nos sources mettent en exergue qu’il n’a aucun diplôme dans le domaine de l’aviation civile. Au Tchad, il aurait toujours fourni de mauvaises preuves, et monnayé ses attributions pour être nommé par décret présidentiel à des postes de responsabilité. Les résultats de l’incompétence ci-haut cités sont évidents, il a mis à sac toutes les institutions et directions qu’il a eu à diriger (Salam Tchad, Collège de Contrôle et Surveillance des Revenus pétroliers, ANSICE, pour ne citer que celles-ci).

Nos sources affirment encore que toutes les personnes qui ont côtoyé ce monsieur reconnaissent en lui une incompétence notoire, et des difficultés à tenir une idée et même à s’exprimer correctement. Ces lacunes sont la résultante d’une formation académique inachevée, car MAHAMAT AWARE n’aurait jamais obtenu le prétendu « diplôme de Master of science et Ingénieur des études et Exploitation de l’Aviation civile option : Navigation aérienne » à l’Académie de l’Aviation civile de Saint-Pétersbourg en Russie. D’ailleurs, en son temps, l’Académie de Saint-Pétersbourg ne formait que des Stewards (Agent de cabine) et des Contrôleurs de la circulation aérienne, mais jamais de diplôme d’ingénieur. D’où a-t-il obtenu cette qualité de diplôme non encore délivré par ledit établissement ?

Mieux, un de ses collègues étudiants de la Russie informe que MAHAMAT AWARE a plutôt fui la Russie sans achever les études. Il se serait mêlé dans une affaire rocambolesque qu’on vous fait l’économie. Vrai ou faux, c’est aux autorités de rétablir les faits pour que celui qui doit représenter le Tchad à l’international soit le plus irréprochable qui soit.

Par conséquent, un défi est lancé à MAHAMAT AWARE, s’il est réellement détenteur de ce fameux diplôme, qu’il le prouve à la candidature, et pour ne pas paraitre ridicule, les autorités qui le proposent n’ont qu’à se renseigner auprès de l’établissement en question. Nous ne cessons de le clamer, nos dirigeants se doivent d’être corrects et avoir une once d’amour de la patrie. Notre pays ne doit pas toujours être jeté en pâture. Car, soutenir un candidat qui ne parait pas crédible au point de tricher sur les diplômes est une honte pour le Pays de Toumaï. Et si les autorités de notre pays s’entêtent à vouloir coute que coute positionner leur poulain, alors on saura d’avance que le combat sera perdu, car le Tchad aurait misé sur un cheval perdant.

Tchadanthropus-tribune

2305 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article