Le conflit oppose le canton Bahr Azoum au canton Mouro est la revendication, de chacun des deux cantons, du village Kerfi. Pour situer mon lecteur sur cette question, nous allons remonter tout d’abord de la création du canton Mouro et ensuite prouver à qui revient de droit le village Kerfi. De prime à bord, le village Kerfi existe bien avant 1950, c’est pour dire qu’avant la proclamation de la république du Tchad. Le canton Mouro a été créé par un arrêté No 1448/INT/ADG du 2 juin 1960. Le ressort territorial du canton Mouro est défini sur huit (8) villages : Andoutoule, Sounta, Djangattati 1, Djangattati 2, Rakouba Bassar, Rakouba Ouchouraï, Rakouba Tare et Rakouba Izzedine. Tous ces villages sont détachés du canton Bahr Azoum et rattachés au nouveau canton Mouro. (NB : Kerfi ne fait pas partie des villages composants le canton Mouro).

Le notable Mouro, Mr Charfadine Yakhoub a été nommé et installé officiellement à Aboukhoussoume, chef-lieu du canton Mouro, situé à presque 20 km à l’Ouest de Kerfi. En 1967, lorsque le chef de canton Charfadine Yacoub avait trouvé la mort suite à une attaque de la rébellion à Aboukhoussoume, Mr Binaye Dalack l’avait remplacé. Et comme la rébellion faisait rage, l’administration centrale a ordonné à tous les chefs de canton et tribus de venir s’installer à Gozbeida pour raison de sécurité.

En 1971, de retour de Gozbeida, le chef de canton Mouro Mr Binaye Dalack avait demandé le chef de canton de Bahr Azoum de le laisser s’installer à Kerfi. Par générosité et pour des raisons de l’insécurité dans le canton Mouro, le chef de canton de Bahr Azoum, Alhadj Baradine Brahim Bakhit (grand frère de chef de canton Mahamat Brahim Bakhit) a accepté à laisser le chef de canton Mouro résider provisoirement à Kerfi. En 1987 Binaye Dalack est mort et son fils Hissein Binaye Dalack assurait l’intérim. En 1992 une consultation de tous les chefs des villages du canton Mouro est opéré à Aboukhoussoume chef-lieu dudit canton en présence du sous-préfet de Gozbeida Mr Suya Gilbert assisté du sultan Mr Seid Brahim Mustapha et de commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie de Goz Beida Mr Issaka Adoum Haggar.

Le procès-verbal fait par le sous-préfet a listé tous les villages de canton Mouro qui ont droit à l’élection (NB : le village Kerfi ne faisait pas partie, cf le procès-verbal). Mr Hissein Binaye Dalack est élu comme chef de canton Mouro. En 1997 avec l’évolution très importante du marché de bétail de Kerfi le chef de canton de Mouro, refusant d’aller au chef-lieu de son canton Aboukhoussoume, a été manipulé par des intrus pour commencer à réclamer le village de Kerfi. C’est à partir de cette date qu’a commencé le problème sur ledit village. Il faut noter que durant le règne de Charfadine Yakhoub et de Binaye Dalack les relations étaient bonnes et la cohabitation était pacifique. Aucun de ces deux chefs de canton Mouro n’a osé, durant leur règne, de dire que le village Kerfi appartient au canton Mouro.

En 2008 lorsque Hissein Binaye Dalack a trouvé la mort, Mr Abdaddine Mahamat l’a succédé et il a continué à rester à Kerfi en refusant de regagner le chef-lieu de son canton Aboukhoussoume.

Depuis le règne de Mr Abdaddine Mahamat, la relation entre les deux cantons était très tendue. Mr Abdaddine Mahamat, manipulé par certains de ses notables et des intrus venus de canton Kibet d’Amtiman, lançait des menaces et des agressions à l’égard de la population de Bahr Azoum. Sa volonté à vouloir arracher le village Kerfi et pire encore même d’autres villages (par exemple le village Tedji) par la force, comme il l’avait promise à la population de Bahr Azoum, avait dégénéré un conflit constant plusieurs morts. Pour finir cette partie, il faut noter que tous les chefs du village Kerfi qui se sont succédés relèvent de l’autorité du chef de canton de Bahr Azoum. Ils sont nommés par ce dernier en tant que Califes (représentants). De même dans les registres de recensement, qu’il s’agit de recensement de 1954, ou de 1962, ou de 1989, ou de 1993…,

Kerfi est recensé comme village dépendant du canton Bahr Azoum. NB : le canton Mouro n’a jamais eu un représentant à Kerfi. Nous allons voir dans la suite de notre thème que d’autres éléments ont encouragé et enflammé Mr Abdaddine Mahamat dans la poursuite de sa mission hégémonique. Des références sont disponibles au ministère de l’intérieur et de l’administration du territoire prouvant les faits que nous venions de relater. Parmi ces références il y’a :

– Dossier de nomination des chefs en fonction dans le district de Goz Beida de décembre 1950, signé du chef dudit district : Mr Berthezène – Décision No 1207/A du 30 juin 1951 – Arrêté No 1448/INT/ADG du 2 juin 1960 – Arrêté No 480 du 5 mars 1966 – Arrêté No 872/PG.INT du 13 avril 1970

– Arrêté No 1254/PR/MS.INT/ADG/91….

La lutte révolutionnaire continue !

Djiddo Adoum Mahamat

933 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article