Youssouf Abbasalah désigné par ses collègues président du présidium, mais Déby aurait refusé et fait désigner Haoua Outhman Djamé. Abbasalah hérite du poste de 1er vice-président du présidium. La liste revue entre Emmanuel Nadingar, Abdoulaye Sabre Fadoul, Zène Bada, et Aziz Mahamat Saleh aurait été validée par Idriss Déby en personne avant qu’elle ne soit entérinée.

Tous les membres qui voulaient faire inscrire un poulain sur la liste n’ont pu le faire parce que la dernière décision revenait à Déby hymself. Son ombre planait sur le congrès même à son absence. N’est-ce pas tous ceux qui s’identifient au parti de Bamina lui appartiennent ?

Fin du congrès du MPS

Le sort de Zen Bada entre les mains de Deby.

Alors que beaucoup des commentateurs pensent et écrivent dans les journaux en lignes et les réseaux sociaux que le SG sortant du MPS est reconduit dans ses fonctions, l’on est en droit de douter.

À la clôture du Congrès du parti de Bamina, l’on apprend de nos correspondants que les membres du Bureau politique dit national passent de 83 à 127 dont 112 représentants les départements et 15 nommés par Idriss Déby en personne dont le SG et ses trois adjoints. Cela veut dire concrètement que dans les jours qui suivent il y aura la nomination d’un nouveau bureau politique dit national.

La question sur le maintien ou non de Boulon calé alias Zène-Bada est encore d’actualité même si l’enfant terrible de Fort-Lamy semble essoufflé, tous ses adversaires ont commencé, par Emmanuel Nadingar et ses hommes de main, qui ont vu leur tentative d’humilier Zen Bada avortée.

Grâce à une stratégie de contournement qui s’est appuyée sur l’orchestre griot Djambadjoya, des volontaires au service de Zen Bada ont retourné les personnes payées pour cette fin.

Emmanuel Nadingar a perdu la partie dès son discours de bienvenue. Bien qu’étant désigné par une décision de la Secrétaire générale adjointe qui assumait les fonctions du SG, Nadingar n’a pas prononcé une seule fois un mot à l’endroit de ce dernier. Pourtant, Zen Bada en animal politique l’a même fait applaudir par la salle pour la qualité de son organisation : 1 – 0 pour le montagnard.

Au niveau du présidium et des commissions, le SG qui a été marqué à la culotte par le Directeur de Cabinet civil d’Idriss Déby, Abdoulaye Sabre Fadoul, un de ses proches dans l’équipe Moussa Faki qui l’avait installé en 2016, s’est assuré de n’avoir pas une personne hostile. Il s’est même payé le luxe d’installer son fidèle ami Lapia Djimtibaye à la tête de la très convoitée commission texte tandis que le vieux Moussa Kadam a hérité de la commission stratégie électorale.

Pour le reste, de par son charisme et son leadership, beaucoup de cadres estiment qu’il sera dommage de changer de SG en ce moment crucial surtout qu’en face on ne voit pas un tribun comme Zen Bada pour contrer les opposants qui se font de plus en plus pugnaces.

Mais, le joker est toujours bien dissimulé au palais rose et se trouve entre les mains de Hinda et Idriss Deby Itno.

Tant qu’officiellement Idriss Déby n’a pas dit officiellement que Zène Bada est son prochain secrétaire général, que ce dernier s’en méfie tant l’ingratitude de Déby est connue, et le coup de poignard dans le dos dont il est l’unique maitre.

 

Tchadanthropus-tribune

2645 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article