A peine nommé rapporteur de la Commission Communication du Congrès annoncé du MPS, Abdelnasser Garboa serait remplacé au pied lévé par Mbaïré Bessingar. Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Décidément, au MPS, le combat interne est encore plus féroce que la guerre avec les partis de l’opposition. A peine lancé, l’organisation du 8ème Congrès Extraordinaire du parti à l’Oriflamme fait sa première victime. En mission à Banjul pour défendre les nombreux écarts des Droits de l’homme du régime honni d’Idriss Déby, Abdelnasser Garboa (alias Bébé Doc) n’a pas pu résister une journée à son poste de rapporteur de la commission communication dirigée par Calamity Back (Hassan Sylla Bakary).

Selon les indiscrétions, la nomination du DG des Droits de l’Homme a été faite sur proposition de Jean-Bernard Padaré (Alias Feu de Brousse) et appuyer par le Secrétaire Général Adjoint Aziz Mahamat Saleh. Pourtant, ni Hassan Sylla Bakary qui rumine encore son humiliante déchéance de l’ANATS par « son ami » et complice d’antan le général sans formation Abbali Salah, ni Emmanuel Nadingar (qui n’a pas encore oublié la fameuse conférence de presse d’Août 2011 où Garboa a mis à nu ses lacunes en tant que Premier Ministre devant son mentor Deby) n’ont adoubé cela.

Prétextant cette absence de Bébé Doc, Emmanuel Nadingar, chauffé à blanc par Hassan Sylla Bakary à immédiatement remplacé Abdelnasser Garboa par leur homme de main et ancien complice dans les détournements massifs au Ministère de la Communication Mbairé Bessingar, secondé par la concubine officielle d’Emmanuel Nadingar la cameraman, bombardée députée, Aimadji Opportune.

Dans le même chapitre, on annonce une guerre de positionnement entre Mamadou Djimtebaye (promoteur de Tchadinfo) et Hassan Sylla pour les prochaines élections. Mamadou Djimtebaye et sa maison de communication OpenUnion était déjà le principal agent de communication du Candidat Idriss Déby aux côtés de Mahamat Hissène, Responsable de Communication du Candidat Président et Abdelnasser Garboa, le Coordonnateur communication de cette campagne qui a fait rempiler Idriss Déby Itno pour le plus grand malheur des Tchadiens.

Pour l’heure, après avoir fourbu les armes dans les silences des salons douillets de la capitale tchadienne, les caciques du MPS, l’arme au vent, ont commencé leur exercice habituel : s’est décapité à volonté.

Zen Bada serait déjà dans les oubliettes parisiennes en attendant son retour annoncé pour la veille du Congrès.

Correspondance Particulière depuis N’Djamena 

Tchadanthropus-tribune

2765 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article