Contester, c’est toujours l’attitude variante d’une gent utilisant la diversion, même quand les faits sont clairs.

Les trois candidats malheureux à la présidence du RDP n’ont pas joué franc jeu, et tentent d’entacher le mode de désignation conduisant Mahamat Allahou Taher à la victoire.

D’après nos informations, il n’y eut jamais rejet de leur candidature, mais une désignation de 24 fédérations sur 25. Cette reconduction par consensus après constat de plébiscite ne peut être considérée comme un passage en force.

En dehors de deux contestataires (Mahamat Moctar et Abderaman Adoum) connus pour leurs comportements viscéraux et anti démocratiques, aucun militant n’a contesté les démarches de cette contestation. Les candidatures des candidats malheureux n’étaient pas classées, mais battues tout simplement. En démocratie, reconnaître démocratiquement une défaite nous fait grandir politiquement en soi.

Accuser le président du présidium de subordination et d’avoir classé leur candidature relève fort malheureusement de mauvaise foi, eux qui étaient présents à l’ouverture de cette convention, mais qui par après, refusent d’être présent quand leur adversaire gagne.

Le collège électoral, le comité directeur et les délégués de fédérations n’ont relevé aucune entorse dans cette procédure, sinon cela se saurait au moment du déroulement de cette convention.

Aller faire en parallèle une conférence de presse et dénigrer les méthodes du parti ne relève que d’une hantise anti démocratique. Une basse tartuferie qui n’a d’égal que les envois de dénigrement écrit et envoyé beaucoup plutôt à la rédaction contre le président sortant.

  • Faut-il mettre sur la place publique tous les brouillons accusant le président sortant ?
  • Faut-il aussi expliquer les appels téléphoniques harcelant pour que coûte que coûte casser Mahamat Allahou ?

Ceux qui étaient au piédestal de la demande se reconnaîtront. Mais on ne peut vouloir faire ça en amont, et se comporter de la sorte quand on perd une bataille.

Une guerre est souvent gagnée par ceux qui savent perdre, qui se relèvent de leur défaite, et qui apprennent de cette expérience. C’est pourquoi la rédaction qualifie cette conférence de presse de mauvaise foi.

En soi, se battre au sein d’une organisation aussi grande comme le RDP ne peut qu’être salutaire au-delà de la politique politicienne, sans une once de polémique malsaine. Cette phrase antagoniste est hors contexte,

«C’est l’occasion de renouveler nos remerciements aux jeunes qui ont bien suivi nos consignes de garder leur sang-froid et leur calme malgré les méthodes illégales de la partie adverse».

Il n’y a jamais eu au sein du RDP une jeunesse agressive et manipulée. Elle a été de tout temps intelligente et éduquée aux principes du parti respectant ses textes en vigueur.

Le RDP continuera son bonhomme de chemin, et le rendez-vous est pris à la prochaine convention du parti, si d’ici là les ambitions des malheureux candidats restent intactes, sans les vociférations polémistes étalées sur la toile.

Tchadanthropus-tribune

1385 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire