L’opposition tchadienne est un groupe hétéroclite et désuni. Plusieurs regroupements, antagonistes de fois, constituent cette opposition. A ces regroupements, il faut ajouter des partis qui se sont toujours tenus loin de tout regroupement : le FAR/ Parti Fédération de l’opposant historique Ngarléjy Koji Yorongar Le Moiban, le CAP/SUR de feu Joseph Djimrangar Dadnadji et Le Parti Les Transformateurs de Succès Masra à qui le ministre de l’intérieur a refusé l’autorisation de fonctionner. Voici un panorama de l’opposition tchadienne. Comme le monde de l’opposition tchadienne est mouvant, il se peut qu’au moment où nous mettons presse, il y ait des changements qui ne soient pas portés à notre connaissance.

1- La CPDC (Coalition des partis pour la défense de la constitution) : C’est le plus ancien regroupement de l’opposition tchadienne. Il est né en 2005 pour protester contre la modification de la constitution de 1996, issue de la conférence nationale de 1993. Le Professeur Ibni Oumar, son porte-parole, enlevé lors des évènements de février 2008, n’a pas réapparu depuis lors. Aujourd’hui ce regroupement est dirigé par Poddi Djimet après la mort de Gabriel Ali Golhor, président de la CDF (Convention pour la Démocratie et la Fédération). M. Poddi Djimet est le président de la CSDT (Convention socialiste pour le développement du Tchad).

Parmi les ténors de la CPPC, il faut noter Salibou Garba, Président de l’Alliance nationale pour la Démocratie(AND), Gali Ngothé Gatta, Secrétaire général de l’UFD/PR (Union des forces démocratiques/Parti républicain) et Médard Laokein Kourayo, président du CTPD (Convention tchadienne pour le progrès et le développement).  La CPDC, considérée comme une opposition radicale, est composée de 8 partis politiques à savoir la CSDT, la CTPD, l’ACTUS, l’UFP/PR, la CDF, l’AND, le RAJET d’Abderahim Ordjei et le PSF de Dinamou Daram.

2- Le FONAC (Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement) : C’est un regroupement né au lendemain de la présidence de 2016. Il est actuellement dirigé par Ganghnon Mbaimbal, Président du RPT (Rassemblement du peuple tchadien). Parmi ses ténors, se trouve Saleh Kebzabo, Président de l’UNDR (Union nationale pour le développement et le Renouveau), ancien chef de file de l’opposition et Mahamat Ahmad Al Habo, président du PLD(parti pour les libertés et la démocratie), parti du Pr Ibni Oumar, ancien porte-parole de la CPDC, disparu en février 2008. La FONAC est composée des partis suivants : l’ADIL dirigé par Moyade Naredoum, le parti Lingui présidé par Séid Tchetchéré, le MOJES qui a pour président Assoua Taba, le PLD d’Al Habo, le PLEPT présidé par Mahamat Tahir Djibrine, le PPRD de Mora Touimbaye, le RPR qui a pour leader Mahamat Adam Khalifa, le RPT de Gangnon Mbaimbal, l’UNDR de Saleh Kebzabo, le PNR de Mahamat Adoum, le PR présidé par Yacine Abderamane Sakine, le RDP/R d’Elhadj Mahamat Seid, le FPLS de Siddick Daoud Fatigui et le NS/RDJ de Magadji Bakaye.

3- Le FONAC/ Objectif : C’est une scission du FONAC. Il est dirigé par Gapili Bame Gondebné, président de l’AFP (Alliance des forces pour le progrès). Il est composé de 3 partis : l’AFP, Al Nar d’Acheikh Abdallah et le RDST de Félix Marting Kodjiga.

4- Le CCPPOD : C’est un regroupement qui comprend actuellement 4 partis politiques. Il est dirigé par le député Clément Djimet Bagaou, président du PDPT (parti démocratique du peuple tchadien). Les autres partis membres sont le PEDT de Joseph Djimadoum, le PJD d’Amine Djibrine et le MRS d’Alladoumngar Tedengarti.

5- Le CCPPOD/ Espoir : C’est une scission du groupe précédent. Il est dirigé par Badono Daigou, Président de l’Union des Ecologistes tchadiens/ Parti Vert (UET/Vert). Il comprend le MPJE de Mahamat Ngaré, le PPC de Khalil Mahamat Djibrine et le PR/T de Daoud Marine.

6- La CODAC : Elle est dirigée par Brice Mbaïmon Guedmbaye, président du MPTR (Mouvement des Patriotes tchadiens pour la République). Elle comprend le MCID de Brahim Vournoné  Padiré et le PSDT de Mianbé Romian.

7- La COPRAT : Elle est dirigée par Fidèle Bergue Tieguy, Président du PPRDT. Les deux autres partis membres de ce regroupement est le RTL d’Ousman Ahmed et le MANID-Tchad de Oueikanga Guelmine.

8- La CAD (Convention pour le changement et l’Alternance démocratique)

Ce regroupement est dirigé par Mahamat Bichara, président de l’Alliance Socialiste. Il est composé de l’UDR/PSD de Djimé Hybi Langtar et le FSD de Radouane Khalit Hassane.

9- La COPAT (Coordination de l’opposition politique pour l’Alternance au Tchad) : Elle est composée de deux partis : le PRAD de Ben Barka Tahir et le PDS de Djividi Boukar Djibeing. C’est M. Ben Barka qui dirige le regroupement.

10- La FCAD : Elle est composée de deux partis : ASTRE et URDT.  Balthazar Alladoum Djarma, président du parti ASTRE, dirige ce regroupement.

11- L’ADO (Alliance démocratique de l’opposition) :

Elle est composée de l’APR d’Attahir Mahamat qui dirige le regroupement, du MCD de Moussa Mahamat, du PRSN de Daoud Khayar et du MNRT de Yaya Doungous Hassan.

12- La CORPO (Coalition des regroupements des partis politiques :

C’est une coalition composée de deux partis. Le PISTE (parti des intellections socialistes tchadiens pour l’évolution) de Ringar Natoi-Allah et le PUND (parti pour l’unité nationale et le développement) de Mahamat Idriss. C’est M. Ringar Natoillah qui dirige ce regroupement. Natoiallah est aussi à la tête du Mouvement des 12 revendications(M12R), une structure qui regroupe des partis politiques et des associations.

13- Le RNC (Rassemblement national pour le changement) :

Il est composé de deux partis : Al Amal de Mahamat Issa Assenoussi et As Salam de Hassane Baye Issa. M. Assenoussi est le président de ce regroupement.

14- La CPOMO (Coalition des partis politiques de l’opposition modérée) :

Il est composé de deux partis : l’Union pour la République(UR) de Dr Tiebey-Dalou Abdoul et le Parti pour les libertés au Tchad(PLT) de Dr Dono Clepett. Dr Tiebey-Dalou assure la présidence du regroupement.

15- Le FRODAT (Front de l’opposition démocratique pour l’alternance au Tchad) : Il est composé de trois partis : le PST de Nguero Reniko qui assure aussi la présidence de ce groupe, le PDJS de Djimndou Yanlomtoloum et l’UFDR de Dr Baba Ahmat Baba.

16- Le CODER : Il est dirigé par Abdoulaye Mbodou Mbami, président de l’ARD. Les autres partis membres de ce regroupement est le PFJE d’Allahingar Kadre et le PPDST de Dr Désiré Todjigengar.

17- Le FNC (Front national pour le Changement) :

Il est composé de 3 partis : le MERCI de Job Ahleyina Bactara, le CNAD de Dr Mahamat Gocké et le PRENAT d’Abanga Brahim.

18- Goumou : C’est le dernier regroupement de l’opposition. Il comprend 4 partis : le RNDPDT de Manasé Mbailelem Ndoko, le PDAM de Laouré Laoumeur Gondeye, le MNCT de Mahamat Ahmat Lazina et l’UNPT/Darna d’Abel Nguertya Soumbakoua.

Il faut noter que le chef de file actuel, Félix R. Nialbé contesté par une partie de l’opposition, et son partie l’URD (Union pour la République et le Renouveau) ne font partie d’aucun regroupement. Une quinzaine de partis de l’opposition sont considérés comme non regroupés. Il faut signaler la présence du G24 à côté de ces regroupements. Le G24 est un ensemble d’une trentaine de partis politiques signataires de la Déclaration du 24 décembre 2019. Le PRET de Me Théophile Bongoro, le PAP/JS de Me Valentin Bidi et l’USPR de François Djekombé font partie du G24.

Par Michael N. DIDAMA

(Mot de la fin, Le Temps n°922 du 22 au 29 juillet 2020)

513 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article