La Coordination des Associations de la Société Civile et de Défense des Droits de l’Homme (CASCIDHO) exprime sa préoccupation, quant à l’absence de représentants de la société civile dans les commissions du Comité National d’Organisation du Référendum Constitutionnel (CONOREC).

 

La CASCIDHO souligne que les missions dans les provinces sont exclusivement constituées du CONOREC et du nouveau Cadre National de Concertation des Partis Politiques (CNCP). Elle demande instamment au gouvernement de corriger cette insuffisance pour inclure la société civile dans l’organe mère du CONOREC.

 

En l’absence de la participation inclusive de tous les acteurs socio-politiques dans le processus du retour à l’ordre constitutionnel, la CASCIDHO considère que la participation inclusive des forces vives de la nation, dans les organes de décision, est essentielle pour garantir la transparence et la confiance dans le processus de referendum constitutionnel.

 

La CASCIDHO exhorte donc le gouvernement à impliquer la société civile dans le CONOREC, en tant qu’entité composante des forces vives de la nation et acteur clé du Dialogue National Inclusif et Souverain.

 

Cette demande est fondée sur les résolutions et recommandations du DNIS, qui exigent une participation inclusive de tous les acteurs socio-politiques dans tout le processus du retour à l’ordre constitutionnel.

 

La CASCIDHO espère que le gouvernement prendra des mesures immédiates pour remédier à cette situation et assurer une participation inclusive dans toutes les étapes du referendum constitutionnel, qui est une phase fondamentale du retour à l’ordre constitutionnel.

Le Tchadanthropus-tribune avec Alwhida

1774 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire