Initialement le nombre des membres est arrêté à 93. La liste a été envoyée directement au Président du CMT sans que le comité mis en place pour la sélection ne procède à la sélection conformément aux critères arrêtés pour choisir les éventuelles personnes devant siéger dans cette structure qui doit faire office d’un parlement provisoire pendant la transition. Aujourd’hui la présidence du CMT est dans un embarras. Les thuriféraires du MPS se rendent compte qu’ils ne peuvent pas avoir la majorité, déjà ils concoctent un plan pour augmenter le nombre à 153 dans l’espoir d’avoir une majorité mécanique et éventuellement prendre la tête du CNT.

Si l’information se confirme, cela suppose qu’il faut modifier la charte de transition, si c’est le cas d’autres dispositions également doivent modifier notamment la durée de la transition qui ne doit pas être renouvelée ainsi la non-candidature des membres du conseil militaire de transition à des fonctions électives. Cette équation met en difficulté le Président du CMT.

Il vous souviendra que le Président du CMT a rassuré la mission de l’Union africaine sur le fait que la transition ne doit pas être prorogée et le nombre des membres du CNT ne doit pas dépasser les 93 membres.

Déjà dans le milieu du MPS DES voix s’élèvent pour dénoncer les magouilles se préparent. L’ancien président de l’Assemblée nationale Haroun KABADI fait feu de tout bois pour être encore au perchoir. Ce que la majorité des militants du MPS. Dénoncent. Comme on le voit, plus le temps passe, le conseil Militaire de Transition a de beaux jours devant lui.

Tchadanthropus-tribune

762 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire