D’après une correspondance envoyée à la rédaction, des prisonniers de guerre (FACT) récemment arrêtés par les forces de l’armée tchadienne subiraient des exactions malheureuses dans leur lieu de détention. Pourtant le Tchad est signataire de la convention de Genève.

La source évoque des exactions, des brimades et autres interrogatoires musclés. Les responsables arrêtés en même temps que les combattants de FACT sont déplacés vers un lieu tenu secret, complètement couper de leurs camarades.

C’est pourquoi nous demandons aux organisations de droits de l’homme, à la croix rouge et les autres associations, de faire tout pour aller vers ces prisonniers et leur venir en aide.

Tchadanthropus-tribune

890 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire