L’évolution rapide de la pandémie due au coronavirus semble prendre le comité de veille et le ministère de la santé de court.

Des informations concordantes et des sources sures font état de la présence pour certains depuis le samedi dernier de 3 corps à la morgue de N’Djamena qui sont soupçonnés d’avoir le covid-19. Finalement ce matin on parle de 4 corps dont deux femmes et deux hommes et parmi les quatre deux sont de confessions musulmanes et les deux sont des chrétiens. Parallèlement à nos informations, la page de l’ex-journaliste Abdel Nasser Garboa et aujourd’hui DG des droits de l’homme au ministère de la Justice affirme des infos similaires.

Selon nos sources, ce matin des agents de force de l’ordre accompagnés des sapeurs-pompiers ont investi la morgue pour traiter les corps avant de les conduire aux cimetières, accompagné des parents des victimes.

La similitude entre tous ces corps est la découverte de leur infection est faite après autopsie. C’est-à-dire que pendant la maladie ces défunts étaient pris en charge dans les structures sanitaires normales avec les patients ordinaires. Ils étaient assistés par leurs parents et ils ont reçu les visites de leurs proches. Malheureusement jusqu’à l’heure où nous mettons sous presse cet article, aucun membre de leurs familles respectives n’est placé en quarantaine. Ainsi, plusieurs autres membres de la famille et connaissance se sont rués dans leurs maisons familiales pour les condoléances. Essayons d’imaginer le rayon de propagation possible de cette pandémie, alors que nos compatriotes aiment toujours à négliger cette maladie.

Actuellement, dans la ville de N’Djamena, les malades qui sentent des courbatures, des fièvres, de la grippe ou d’autres syndromes respiratoires sont reçus dans les différentes formations médicales sans que celles-ci ne disposent de tests pour détecter le Covid-19. Le ministre de la Santé le professeur Mahmoud Youssouf Khayal ne dit pas tout, et il apparait très clairement qu’il est dépassé par les évènements. Depuis 48 heures, le nombre de personnes atteintes est connu, et il monte crescendo, tout comme le nombre des morts dont les corps sont enterrés à la va-vite. Le dernier communiqué du ministre de la Santé publique présente la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 au comme suit :

58 échantillons analysés ;
21 nouveaux cas confirmés ;
35 malades sous traitement ;
33 patients guéris ;
3 cas de décès.

Conséquence des personnes décédées sans qu’on ne sache qu’elles soient malades et les cliniques n’envoient pas les corps à la morgue pour autopsie. Cette situation a exposé beaucoup du personnel médical et surtout les laborantins des cliniques à la contamination.

Du côté de la riposte gouvernementale, plusieurs sources soulèvent la question de l’absence d’une stratégie concertée et optimale. Le ministre de la Santé Mahmoud Youssouf Khayal est complètement absorbé par le ministre d’État Kalzebeut Payimi Debeut. Les deux entités se marchent dessus, on dirait que la gestion de tout ce qui touche à l’argent qui les intéresse plus que la mise en place d’un vrai groupe technique médical capable de faire un vrai travail.

Les techniciens de la santé ne semblent pas écoutés. Beaucoup de ceux que la rédaction a consultés s’en trouvent exclus, mal informés, sans structure technique de veille constante. Ceux qui sont au-devant de la scène sont des politiques, alors que dans le cas actuel, c’est les techniciens médicaux, médecins, infirmiers, auxiliaires de santé entre autres qu’il faudrait sensibiliser et coordonner.

Le centre de Farcha longtemps plébiscité ne dispose pas des appareils respiratoires de bonne qualité, les quelques rares qui existent sont défaillants. Ceux qui y ont séjourné parlent de salles qui ne sont pas entretenues. Le personnel en place serait incompétent ou démotivé, travaillant dans cette chaleur maximale. Il n’existe pas de la climatisation adéquate, et pire suivant des audios reçus, certaines personnes mises en quarantaine affirment avoir juste des sandwichs 1 fois par jour. Il manque des moyens de protection et de détection de la maladie. Le test nasal est très souvent inefficace. C’est pourquoi face à l’évolution progressive du Covid-19 dans notre pays, Idriss Déby aurait instruit l’orientation des personnes infectées vers le fameux hôpital de la Renaissance.

Que Dieu veille sur nos compatriotes, sinon la situation est très grave actuellement dans notre pays.

Tchadanthropus-tribune

1909 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article