Par un communiqué publié le 03 mai, le ministre secrétaire général à la présidence de la République  a annoncé la vente des masques grand public au prix de 200 FCFA. Ce communiqué n’est pas de l’avis des élus du peuple qui l’ont fait savoir au ministre de la santé publique lors de son interpellation à l’Assemblée Nationale ce 04 mai.

« La question de masques n’est qu’une question d’heure.  Nous voulons éviter le confinement total parce que nous avons une population qui vit le jour le jour », a balancé le Pr Mahamoud Youssouf Khayal lors de son interpellation à l’Assemblée Nationale.  Bien avant lui, le président de la cellule de veille et de sécurité sanitaire, par ailleurs ministre secrétaire général à la présidence de la République du Tchad, Kalzeubé pahimi Deubet, a informé par communiqué que les masques sont mis en vente à un prix subventionné de 200fcfa.  Depuis, le port obligatoire de masque a été instauré à nouveau. Et ce, à compter de ce jeudi 07 mai.

Les populations ne peuvent pas se payer les masques

Suite à cette communication, les députés disent ne pas comprendre pourquoi le gouvernement  a décidé la vente de masques. « Supposons que chacun a une petite famille de 4 ou 5 personnes. Pour les masques, il doit débourser 1000 FCFA. Or, depuis à peu près 2 mois, le type n’a pas eu d’entrée parce que sa boutique a été fermée.  Parce qu’il est mécanicien, on l’empêche de s’asseoir et travailler. Parce qu’il est tailleur, on l’empêche de coudre. Comment il peut avoir des entrées pour acheter des masques pour lui, sa femme et ses trois enfants ? », s’est interrogé le député Djimet Clément Bagaou.

Pour le député Saleh Kebzabo, c’est simplement inadmissible que le gouvernement impose le port de masque et demande à chacun de s’en acheter. « Dans les circonstances actuelles au Tchad, imposer le masque et ne pas le donner à la population, c’est criminel. Le gouvernement du Tchad doit être en mesure de donner un masque à tout tchadien, voire deux ou trois parce qu’il faut le laver. C’est donc une provision d’environ 20 à 25 millions de masques tout simplement ». Lors de ses interventions, le ministre de la santé publique a informé : « Nous avons mis des centaines des millions de dollars pour avoir aussi des masques. La Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont aussi accepté. Ils vont les acheter et les partager à la population ». Il a aussi annoncé des dons de plus d’un million de masques faits par la fondation Grand cœur et d’autres venant de la Chine sans en préciser le nombre.

Des informations qui ont surpris Saleh Kebzabo. « Vous avez dit que les partenaires ont offert ou vont offrir 7 millions de masques. Il ne faut pas les garder, il faut les partager.  Que sont devenus les masques envoyés par les chinois ? » S’est-il insurgé avant de poursuivre. « Nous sommes dans une situation où les gens sont démunis. Toutes  les mesures qui ont été prises, sont des mesures antisociales qui ne se justifient pas. En tout cas, pas entièrement ».

Face à ces préoccupations, le Pr Mahamoud Youssouf Khayal a voulu le calmer le jeu. Il annonce la distribution gratuite des masques aux personnes démunies.  «  Je ne suis pas pour que les masques soient distribués gratuitement à tout le monde.  Les gens qui n’en ont pas, nous devrons leur donner. Nous devrons collecter pour leur donner ». L’équivoque qui reste à lever pour le ministre, c’est comment faire pour différencier les personnes démunies des personnes aisées à ces heures difficiles, s’est inquiété à nouveau le député Djimet Clément Bagaou. 

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos

346 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article