La poussée croissante du Coronavirus est une évidence dans notre pays, et aujourd’hui force est de constater avec amertume que le virus fait plusieurs victimes dans notre pays.

Pendant plusieurs semaines, plusieurs voix se sont réunies pour déclencher l’alerte et expliquer du reste qu’il faudrait faire attention et respecter les procédures et les communiqués du gouvernement tchadien.

Une sensibilisation à tous les niveaux a eu lieu pour dire aux Tchadiens que le Covid-19 qui a mis le monde à ses pieds est bien réel, et que la vie de tous en dépend.

Hélas, comme toujours nos compatriotes aiment à défier l’évidence, et ne s’inclinent que quand ils découvrent réellement la gravité de la situation. Aujourd’hui, le nombre des morts croissant pose plusieurs interrogations et désigne l’évidence. Si le nombre de mortalités est souvent un fait d’actualité, ce qui se passe actuellement scie chacun d’entre nous, à la vue de l’étendue de la situation qui devient gravissime.

Que fait l’État face à la situation ?

Si dès le départ, le régime d’Idriss Déby à l’instar des autres nations a pris les devants pour appréhender toute adversité, son organisation technique laisse à désirer.

D’abord, le plateau technique qui doit rassembler les spécialistes du domaine est mis en place sans le corps technique qui doit y avoir en son sein des hommes et femmes issus du domaine de la santé, capable de réfléchir profondément à la réalité du moment.

L’organe de travail est fait des politiques qui arrosent chaque jour les Tchadiens de communiqués, cachant certaines réalités aux Tchadiens. Il apparait aisément que les morts enregistrés ces derniers temps posent un vrai problème d’équations tant les aspects de fond échappent complètement à la population qui est prise aujourd’hui de panique.

Plusieurs personnes tout à coup hospitalisées du jour au lendemain sont déclarées positives au Covid-19, mais se trouvent dans l’embarras des soins adéquats. On explique aux uns et autres qu’il faut prendre de la chloroquine en attendant les résultats des tests effectués. Il y a fort malheureusement des gens consultés depuis une semaine et qui attendent encore leurs résultats qui ne sont pas arrivés. Le nombre de lits annoncés à grande pompe par le ministère et censé suffire devient tout coup insuffisant.

De l’hôpital de Farcha à celui de la renaissance, on fait dire qu’il n’y a plus de place. Si le ministre affirme tout de go qu’il y a plus d’une centaine de lits disponibles et qu’aujourd’hui tout est saturé, n’est-ce pas l’interrogation se pose par rapport à ses propres communiqués qui donnent un chiffre de 73 cas de Covid-19 positifs, alors qu’en ville la réalité est tout autre.

Le gouvernement annonce une somme de 14 milliards de FCFA pour faire face à cette pandémie. Il faut ajouter à cette somme les différentes aides envoyées. Malgré cette ardoise, le constat de l’incompétence est clair. La gestion de la situation sanitaire échappe complètement à ceux qui sont en charge d’organiser le combat pour le bien être des Tchadiens à cause des déchirements en interne. Le ministre de la Santé ne travaille pas en parfaite collaboration avec le comité de veille, et ce dernier ne contrôle pas l’exactitude de la situation sur le terrain.

Le seul perdant est cette population qui commence à comprendre que le Covid-19 existe réellement, et qui voit malgré elle bon nombre de nos compatriotes mourir à densité multipliée. L’aspect fataliste et cette fierté mal placée ramènent tout le monde au sol, et chacun se dit qu’il est temps de prendre conscience de la gravité de la situation.

Idriss Déby doit prendre les choses en main.

Cette fois-ci, ce n’est pas une guerre contre une entité terroriste, ou un groupe rebelle, mais face à un ennemi invisible qui ne choisit pas.

Les hommes qu’il a choisis pour organiser la lutte ne lui disent pas la vérité sur la réalité de la situation malgré les fiches des organes de renseignements qui lui sont dévolus.

À lui d’aller voir de plus près comment est l’organisation face à la pandémie. Comment sont gérés les 14 milliards de FCFA à l’échelle de l’étendue du territoire national. À lui de voir comment sont repartis le personnel de santé et leur qualification. À lui de déterminer la logistique et de faire multiplier les messages de sensibilisation envers nos compatriotes à tous les niveaux.

À différente échelle, les gens sont habitués à vouloir détourner, voler et s’enrichir sur les cadavres du peuple sans scrupule.

La bataille contre le Covid-19 ne doit laisser aucune sensibilité de côté. Opposants, société civile, gouvernement, ONG, tout le monde sans retenue doit avoir en tête la survie du peuple tchadien dans son ensemble, parce que tout en face à cette épidémie il y a nos familles et notre nation qui sont en danger de mort.

Le plateau technique

Il faut revoir toute l’organisation de la lutte contre le Covid-19, en intégrant l’aspect technique composé des hommes et femmes qualifiés. Tout le monde doit être impliqué pour faire face à cette pandémie.

Sinon, aucun tchadien ne croit plus aux communiqués fantaisistes du ministère de la Santé, et les injonctions du comité de veille. Toute la réalité se trouve aux cimetières de Lamadji, voilà la réalité.

Ouvrez l’œil

Tchadanthropus-tribune

1448 Vues

  • La phase de sensibilisation est dépassée tout le monde est au courant du mal et de sa propagation maintenant il faut passer à la phase répression le couvre-feu n’est plus respecté faites un tour dans les marchés et vous comprendrez qu’il n’y a plus que la chicotte et les amendes pour faire respecter les mesures barrieres

    Commentaire par Marcel fred le 2 mai 2020 à 13 h 34 min