Depuis les prises de mesures tendant à fermer les aéroports, plusieurs de nos compatriotes sans soutien sont bloqués dans les pays limitrophes du Tchad, tels le Cameroun et le Soudan. Certains Tchadiens partis pour des raisons de soins vers Khartoum ou Yaoundé, Le Caire ou Dubaï sont bloqués dans ces pays, parfois sans aucune ressource. Le pire, sont ces compatriotes bloqués à Addis-Abeba en Éthiopie, et qui, malgré leur demande de rapatriement à l’ambassadeur du Tchad dans ce pays, ne trouvent pas de solution à leur désarroi.

Pourquoi le gouvernement d’Idriss Déby ne fait pas cas de ces Tchadiens qui lancent chaque jour des SOS à l’endroit de leur pays pour qu’on leur vienne en aide ? 

Que coûterait au Tchad d’envoyer des cargos militaires pour ramener dans leurs foyers nos compatriotes coincés malgré eux à l’étranger ? Pourtant toutes les autres nations procèdent de ce-tte manière. 

A Addis-Abeba, au milieu de toutes les autres nationalités, plusieurs chancelleries se sont déplacées pour recenser leurs nationaux et organiser leur rapatriement vers leurs pays. Sauf celui du Tchad qui aurait envoyé un émissaire pour dire qu’il n’est pas capable de leur venir en aide.

Procéder à rapatrier nos compatriotes bloqués malgré à l’étranger est un acte légitime et humaniste. Le ministère des Affaires étrangères à qui doit venir le rôle de tels cas, doit prendre des décisions et informer sa hiérarchie de la précarité de nos compatriotes dans le désarroi et la précarité. C’est ici que Mahamat Zène Chérif doit être interpelé par ces députés qui courbent toujours l’échine au pouvoir.

 

Au lieu de procéder à faire des démentis insensés, voilà un sujet plus urgent dans lequel le ministre des Affaires étrangères doit s’y employer. 

N’est-ce pas on est là pour servir le peuple ? 

Tchadanthropus-tribune

1211 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article