Dans des audios parvenu à notre rédaction, l’éphémère conseiller à la présidence qui avait acheté sa nomination cherche à corrompre des journaux de la place pour se dédouaner des misères faites sur la singulière personne du journaliste Martin Inoua Doulguet, que lui et son ami Djimet Arabi (le ministre de la Justice) font tout pour qu’il croupisse en prison.

Il n’est un secret pour personne, non plus il n’est point étonnant qu’un freluquet du genre nouveau peste à tout va parce que de manière morganatique il n’atterrit là où jamais son minime bagage semi-intellectuel ne l’aurait mené. Abakar Mahamat Adoum, il suffit d’écouter les grossièretés de ses mots et son effigie de bambin mal poli, pour comprendre que l’individu ne peut être même un planton de champ de maïs, que le poste de chef de canton qu’il a soudoyé, moins encore le poste de conseiller à la présidence d’une république.

Soit… C’est cet homme qui s’est défoulé sur ses prétendus amis du MPS, Padaré, Wadi Koundji, Bedeï, entre autres ont tous eus pour leur grade pour la simple raison que ceux-ci étaient mieux lotis que sa sinistre personne. Il va jusqu’à citer Tchadanthropus-tribune et le blog Makaila d’être des corrompus et des achetés au service du journaliste Martin Inoua Doulguet.

Que dire, d’un individu pareil que tout le monde entend sur les enregistrements en train de chercher à corrompre les journaux de la place, les appelant par leurs noms, pour jeter aux gémonies un journaliste qui a fini par découvrir ses perfidies dans le concept de son travail ?

Si pour la justice tchadienne, ces audios ne sont pas des pièces à conviction, l’opinion publique et les organisations de droits de l’homme, tout comme la société civile doit se faire un avis sur la condamnation à charge et l’emprisonnement injuste que subit le journaliste Martin Inoua Doulguet avec la complicité du ministre de la Justice Djimet Arabi puisque le morganatique Abakar Mahamat Adoum l’explique de sa propre bouche à tétine. Les avocats du journaliste ne doivent plus laisser passer cela.

Que dire desdits journalistes qui acceptent d’être achetés par cet individu pour nuire à un de leurs qui croupit dans la misère de la prison. Que diraient-ils si eux sont à la place de Martin Inoua Doulguet ? Un confrère, quoiqu’il advienne reste celui-ci qu’il faut soutenir contre toute adversité, car le métier qu’il fait n’est pas facile, et la vérité qu’il étale lui crée malheureusement des ennemis.

Le simple fait que ce sieur (Abakar Mahamat Adoum) sollicite vos voix pour nuire, il insulte le métier parce qu’il piétine ce que vous faites.

Que justice soit faite pour Martin Inoua Doulguet.

Tchadanthropus-tribune

2594 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article