Allatchi Adoum Sougui et son collègue étaient des gendarmes qui partaient au travail hier, et qui avaient la malchance de croiser le chemin de personnes qui avaient en leur possession de bois de chauffe. Le bois de chauffe est interdit par l’état tchadien, ou du moins ce qui en reste pour une politique écologique.

Ces deux serviteurs de l’état sont tombés à pic sur une dispute entre ces personnes aux comportements illicites et des agents des eaux et forêts. C’est en voulant intervenir pour exécuter les lois du pays que les deux gendarmes ont subi des tirs à bout portant avec arme de guerre. Les assassins identifiés seraient proches du régime, les mêmes qui sont souvent impunis face aux différents crimes perpétrés sur de paisibles citoyens. Massaguet, N’Gueli, et dans les différentes rues de la capitale.

Allatchi Adoum Sougui et son collègue sont deux agents dépositaires de l’autorité publique, mort dans l’exercice de leur fonction. L’état prendra-t-il sa responsabilité en s’occupant de leurs enfants ?

Le régime d’Idriss Déby protégera-t-il ces bandits hors la loi comme cela ce fut pour Souleyman Bachar alias Allawahit qui fut promu DG adjoint de la garde nationale et nomade du Tchad, après quelques mois et le paiement de la dia ?

Au Tchad du régime MPS, l’impunité des proches d’Idriss Déby et des Darfouri venus avec lui crée une rupture sociale avec la population assez souvent opprimée et brimée. Se sachant intouchables, ces personnes perpètrent des crimes sans précédent sur les autres tchadiens. Les exactions commises dans les commissariats, pendant les manifestations des étudiants, dans les différents quartiers démontrent inéluctablement que ces individus ne sont pas animés d’un sentiment patriotique. Ils sont au Tchad pour se servir, s’enrichir, tué et assassiné tant qu’Idriss Déby garde le pouvoir. Mais le sang versé des Tchadiens ne restera pas longtemps impuni. Aujourd’hui ou demain, les Tchadiens sauront laver l’affront et faire le deuil de leurs morts.

Tchadanthropus-tribune

1451 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article