Le Comité Exécutif de la CTDDH est surpris par l’article du Journal en ligne “le Tchadanthropus”, article relatif à l’arrestation arbitraire des quatre personnes par le gouverneur de la région du Lac Abali Salah alors que ces personnes avaient déjà fait l’objet d’une libération par la Chambre d’accusation de la cour d’appel de Ndjamena.

Cet organe en ligne que nous respectons pour avoir en son temps fait la promotion de la CTDDH à stupéfait les responsables de cette organisation en affirmant que son secrétaire général Mahamat Nour IBEDOU avait été” induit en erreur par des politiciens de la région du Lac”.

La CTDDH est composée de membres responsables et suffisamment adultes et vaccinés pour se laisser influencer par on ne sait quel politicien.

La CTDDH n’avait rien contre Mr Abali Salah, elle avait été saisie par les parents des victimes de cette arrestation arbitraire ; après vérification du fondement de cette arrestation, et après s’être rapprochée des autorités judiciaires et administratives en l’occurrence le procureur général dont les bureaux lui avaient fourni les documents notamment l’arrêt de la chambre d’accusation ainsi que les ordres de libération signés de sa main, la CTDDH à estimé que les preuves d’une violation des droits fondamentaux de ces citoyens étaient établies.
Le Ministre de la justice et l’inspecteur des affaires judiciaires, nous avaient tous deux confirmé être favorable à la libération de ces citoyens.
Fort de l’application de ce principe selon lequel “nul ne peut être jugé deux fois pour les mêmes faits”, la CTDDH à demandé par téléphone au gouverneur de libérer ces citoyens, et de mettre fin à une violation grave des droits fondamentaux de ces personnes ; étant entendu qu’il n’a aucun droit de piétiner impunément une décision de justice en privant des citoyens de l’un des premier de leur droit à savoir le Droit à la liberté.il avait refusé sans avoir avancé aucune raisons pour autant.
La CTDDH n’a jamais été influencée par personne et à toujours agit en toute indépendance.
La CTDDH ne connaissait aucune des victimes de cette arrestation auparavant et ses actes ont toujours été dictés par le souci de défendre tous les opprimés ; le cas d’espèce en est une illustration patente. Nous avions publié (en fac simulée) l’arrêt de la Chambre d’accusation qui avait libéré ces malheureux ainsi que les ordres de libération correspondants ; c’est curieux que la rédaction du Tchadanthropus n’ait pas fait cas de ces documents.

Le Gouverneur Salah qui s’était rendu compte de la gravité de son acte avait voulu le camoufler par une autre procédure judiciaire, et pour éviter de subir le même sort que l’ex gouverneur du Logone oriental; il avait donc utilisé les services d’un procureur de la République complaisant; celui-ci, pour sauver la mise à Mr Salah n’a pas hésité à procéder à un maquillage judiciaire grossier oubliant dans la foulée que ces gens sont des citoyens libres et qu’ils ne doivent jamais être jugés deux fois pour les mêmes faits.
Le Comité Exécutif de la CTDDH demande à la rédaction de Tchadanthropus de se renseigner suffisamment sur la question ,de ne pas s’en prendre gratuitement à la CTDDH, et surtout d’avoir ce soucis que nous partageons tous qui est celui de combattre l’injustice et de défendre les droits de l’homme.

La CTDDH demande donc solennellement à Tchadanthropus de revoir sa copie et de croire que si c’était à refaire, la CTDDH le refaire et nous nous attaquerons à n’importe quel responsable qui qu’il soit qui use de sa position pour abuser de son pouvoirs au détriment des droits fondamentaux des citoyens.
Quand à cette allusion au statut de beau frère d’Idriss Deby, nous allons toujours la mettre en exergue parce que ce gouverneur ne se serait jamais permis de désobéir au ministre de la justice, et à son ministre de tutelle s’il n’avait pas été dans cette position d’alliance avec Mr Idriss Déby.

Nous profitons de cette mise au point pour lui demander une fois de plus de libérer ces citoyens, parce-que la mascarade judiciaire qu’il est en train d’organiser avec la complicité du procureur de la République sur place n’a aucune valeur judiciaire et donc toute décision découlant de ce soit disant procès est sans objet.

Pour finir, le Comité Exécutif regrette cette méprise de Tchadanthropus et espère que cette fausse note n’entamera pas la bonne collaboration qui a toujours caractérisé notre relation avec cet organe; nous resterons des alliés objectifs dans l’intérêt supérieur de la lutte que nous menons pour l’émancipation de notre peuple.

 

Pour le Comité Exécutif

Le Secrétaire Général

Mahamat Nour IBEDOU

710 Vues

  • On peut déduire de l’article ci-dessus que ce bien Tchadanthropus qui a été manipulé des «politiciens» ou qu’il ne traite pas ou plus suffisamment les faits.
    Recommandation à nous TOUTES et TOUS de plus du sérieux. Ainsi, quand une personne vous rapporte des informations de quelque nature que ça soit, il est impératif de bien vérifier les informations avant traitement-analyse et ou prise de position.

    Commentaire par FIABILITÉ le 11 août 2018 à 4 h 51 min