La Convention tchadienne de défense des droits de l’Homme (CTDDH) s’est dit profondément préoccupée par les assassinats lâches et barbares commis ces derniers temps sur des paisibles citoyens ainsi que les viols sur des filles mineures, selon un communiqué rendu public ce 17 avril.

Jeudi dernier dans la soirée un jeune homme, policier de son état a été lâchement abattu par balles devant sa maison par des individus non identifiés qui courent encore dans la nature. Au cours de cette même semaine, les réseaux sociaux ont véhiculé deux cas de viols commis sur des filles mineurs par des individus sans foi ni loi, rapporte la CTDDH.

L’organisation rappelle que la détérioration de la situation sécuritaire inquiète plus d’un et nécessite des interventions urgentes et donc la prise de mesures sécuritaires sévères afin d’éviter une psychose au sein de la population, indique Ibrahim Mahamat Ibrahim, secrétaire général adjoint.

La CTDDH souligne que l’atteinte à l’intégrité physique et corporelle des personnes et les viols sur mineures sont des pratiques assimilées à des crimes et punies comme tels tant par les textes nationaux en vigueur que par les textes Internationaux ratifiés par le Tchad.

L’organisation rappelle que la recrudescence de ces violations des droits humains sont le corollaire de l’impunité sciemment entretenue par les plus hautes Autorités de la République depuis longtemps. Elle estime également que les autorités en charge de la Sécurité ont failli à leur mission d’assurer la sécurité des personnes et des biens sur toute l’étendue du Territoire.

Elle demande au gouvernement de la transition par le biais du ministre de la Sécurité publique et de la Justice de prendre leurs responsabilités afin de prévenir et de réprimer les criminels auteurs de ces crimes odieux.

333 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire