22 avril 2018 #TCHAD #Déby – TV5, le monde & RFI : Interview – Diversion et mensonges au haut sommet de l’État. La faute c’est les autres – Moi je n’ai rien demandé. (Analyses & décryptage) Revisité pour vous.

Fuite en avant et dérision, “en fait, disons “ ceux qui ont suivi l’interview d’Idriss Déby face aux médias français ont senti beaucoup de démagogie. Pour Idriss Déby, il est exempt de tout reproche. Les erreurs, les fautes, comme à l’accoutumée c’est toujours les autres. Vous n’entendrez jamais Idriss Déby Itno dire à ses compatriotes “excusez-moi, je me suis trompé “. Bref, durant toute la durée de l’interview, beaucoup de nos compatriotes ont compris le niveau peu conséquent de sa part sur l’alchimie de l’échange. Décryptons ensemble les points importants :

– Vous êtes donc déçus par les Occidentaux ?

Je suis absolument certain que les Tchadiens sont déçus et estiment que le Tchad en a trop fait, qu’il doit se retirer de ces théâtres-là pour se protéger et éviter que la situation sociale se dégrade davantage. (…) Nous sommes arrivés au bout de nos limites. Nous ne pouvons pas continuer à être partout, au Niger, au Nigeria, au Cameroun, au Mali et surveiller 1200 kilomètres de frontière avec la Libye. Tout cela coûte excessivement cher et si rien n’est fait, le Tchad sera malheureusement dans l’obligation de se retirer.

Tchadanthropus =  “L’objet de chantage pour faire plier les Occidentaux, sachant que ce genre de discours ne plait pas aux chancelleries occidentales et à l’Union européenne. La hantise de la France et de l’Union européenne est que Déby dise qu’il retire sa milice des théâtres des opérations militaires. Ne pas envoyer des soldats pour les forces du G5 Sahel répond aux mêmes objectifs “.

 

– Est-ce que la situation en Libye -toujours aussi chaotique- demeure un motif de colère contre les pays occidentaux ?

La Libye constitue une menace. Le soutien à Boko Haram se fait par des structures terroristes qui sont en Libye et qui ont la possibilité de bénéficier de l’argent du pétrole, de la drogue, de la vente des êtres humains. Cet argent sert à grossir les rangs de Boko Haram, d’AQMI – al-Qaïda au Maghreb islamique -. La menace est réelle.

Tchadanthropus = “Là encore c’est de la démagogie et hypocrisie. Idriss Déby refuse d’admettre qu’il y a des hommes en armes contre lui en Libye, mais affirme que la Libye constitue une menace réelle. La vérité il veut mettre un projecteur sur ce sujet en taxant toute hostilité contre lui de mercenaires, de djihadistes ou terroriste. Les blancs ne sont pas bêtes, ils connaissent tout, Déby ne peut continuer par les avoir à moindres frais et les entrainer dans la guerre pour tuer des tchadiens qui s’opposent à lui “.

 

 

 Autre voisin à problème, la Centrafrique. Votre armée est mise en cause par un rapport des Nations unies pour des exactions commises dans ce pays. Comment réagissez-vous à ces accusations et ne craignez-vous pas qu’un jour la justice internationale vienne vous demander des comptes?

Ce rapport, qualifié de rapport des Nations unies, a été fait par des hommes politiques et des organisations de la société civile de la République centrafricaine (RCA). Je ne peux pas croire que l’armée tchadienne soit bonne au Mali et mauvaise en RCA. Quoi qu’il en soit, puisque ce rapport a été rendu public, la justice a été saisie et une enquête ouverte pour savoir ce qui s’est réellement passé. (…) Mais vous savez, il y a des pays dont les soldats ont fait des bêtises et qui jugent mal le rôle du Tchad alors que celui-ci était neutre.

– Vous pensez à la France et aux soldats de Sangaris?

Il y a les soldats français, les soldats congolais. Le Tchad a joué un rôle neutre alors que les autres ne l’ont pas été. Qui a armé les anti-balaka avec des grenades, des kalachnikovs ? Qui a créé les affrontements entre chrétiens et musulmans ? Ce n’est pas le Tchad. Il faut demander à la France de faire une enquête. On a étiqueté le Tchad pour ne pas être accusé seul. C’est malhonnête. L’homosexualité, la pédophilie, ça n’existe pas dans nos traditions. Si l’on s’en prend au Tchad, c’est parce qu’il existe une haine contre notre armée qui a fait des sacrifices énormes pour protéger les intérêts des Occidentaux dans tous ses pays. Il y a des gens, des pays, des organisations qui nourrissent une haine contre le président Déby et contre l’armée tchadienne et c’est pour eux un moyen de se faire payer.

Tchadanthropus = “Sur ce passage même si Idriss Déby dit vrai sur le réarmement des anti Balaka par les militaires français, rien n’explique le comportement de la milice à Idriss Déby sur une population civile hostile et confondue aux anti Balaka. En Centrafrique des Tchadiens musulmans sont morts pour la simple raison qu’ils soient tchadiens et musulmans. Là l’ONU doit mettre un accent particulier là dessus. Mais la brutalité des colonnes envoyées par le régime Déby ne peut être acceptée. Si Jean Pierre Bemba est à La Haye, c’est pour des cas similaires. La raison pénale doit se prévaloir, sinon, sans vergogne Déby sacrifiera quelques militaires pour se dédouaner. Du haut de son hoquet, il a tancé l’armée française l’accusant de pédophilie et d’homosexualité. Il rejette le rapport de l’ONU qui est fait selon lui, par des politiques hostiles à lui. En vérité Déby a peur de la justice internationale “.

 

– Comment envisagez-vous vos relations avec la France après l’élection d’Emmanuel Macron?

Le Tchad a toujours eu des relations excellentes avec Paris, même si nous estimons que les questions de « pré carré », de « Françafrique » doivent être arrêtées. Les Français n’en veulent pas, les Africains non plus. Le président de la Guinée, Alpha Condé, a dit qu’il faut couper ce cordon. Je suis du même avis et que nous ayons désormais des relations amicales, basées sur les intérêts réciproques. (…) Nous ne pouvons plus avoir des relations de maître à élève ou de maître à sujet.

– Faut-il mettre un terme au franc CFA?

Il y a une convention entre la France et les pays africains qui a été faite au lendemain des indépendances. Le président Hollande était ouvert à une renégociation. Il appartient maintenant aux chefs d’État africains, comme je le pense, de renégocier cette convention qui nous lie à une monnaie qui n’est pas la nôtre avec une parité fixe. Le seul intérêt du franc CFA, c’est d’avoir 14 pays avec une monnaie commune. Il faut que les 14 pays restent regroupés et qu’ils renégocient pour que le Trésor français ne nous gère plus. C’est à nous de gérer notre monnaie avec notre banque centrale. Au niveau du conseil d’administration de notre banque centrale, nous avons trois Français qui siègent avec le droit de véto. Où est alors la souveraineté monétaire ? Comment voulez-vous que l’Afrique se construise ? D’ailleurs nos collègues d’Afrique anglophone, lusophone, arabophone nous disent que si nous connaissons aujourd’hui des malheurs, c’est à cause de vous francophone.

Tchadanthropus = “La parade et l’hypocrisie. Pré carré vous avez dit? Et votre ami Le Drian c’est quoi? Le Drian est dans toutes les Moulinex pour vendre votre image. Déby sait que les nouvelles autorités françaises se détachent petit à petit des vieilles méthodes de son parrain François Hollande, et cela le gène au 1er point. Ceux qui l’ont observé ont vu comment par des gymnastiques gestuelles il a cherché à éluder les questions relatives à ce chapitre. Pour le FCFA, de quelle souveraineté il parle? Pour être souverain il faut avoir des principes, l’un ne va pas sans l’autre. On ne peut pas être souverain et brader le Tchad comme il a fait. Le problème du FCFA le dépasse, et faudrait que des vrais financiers s’y penchent. Il ne doit pas se mettre en première position pour ce sujet. L’exemple des négociations avec Glencore et autre suffit largement à l’analyse des Tchadiens. Dire que 3 Français siègent à la banque centrale avec droit de vote ne surprend personne. Idriss Déby et son régime sont maintenus avec l’égard des Français. Arrêtez de parler de souveraineté, Mr Déby Idriss “.

 

 Depuis bientôt 14 ans, le Tchad exporte son pétrole. Est-ce que les questions qui se posent autour de la gestion de la rente pétrolière incombent aussi aux Occidentaux?

En ce qui concerne les ressources pétrolières, la France n’a rien à se reprocher. Si des bêtises ont été faites, c’est nous Tchadiens les responsables. (…) Pour être honnête, on aurait du mieux faire. Au lieu de construire 3000 kilomètres de route, on aurait du faire 2000 kilomètres de route et placer le reste dans l’agriculture et l’élevage. Par méconnaissance, nous n’avons pas assez diversifié le tissu économique. Nous avons compris nos erreurs, mais il faut aussi savoir que c’est avec la manne pétrolière que nous sommes allés sauver ces pays – de la région. (…) Et puis l’argent a servi à construire 80 centres de santé, des écoles.

Aujourd’hui les rentrées dans les caisses de l’État sont très faibles en raison du prêt de près de 2 milliards d’euros contracté avec la société Glencore pour racheter les parts détenues par Chevron. Du fait de la chute des cours, Glencore absorbe désormais la quasi-totalité des ventes du pétrole tchadien pour se rembourser…

Je dois reconnaître que le prêt obtenu de Glencore était une démarche irresponsable. Comment est-ce arrivé ? Au moment où le Tchad avait sérieusement besoin de ressources et où tous les chantiers étaient à l’arrêt, il nous fallait des ressources pour au moins finir les chantiers que nous avions commencés. Nous avons trouvé une opportunité avec la sortie d’une société du consortium – qui exploite le pétrole tchadien. Nous nous sommes dit qu’il fallait acheter les 25 % détenus par Chevron, car nous n’étions pas –impliqués – dans la production de notre pétrole. C’était un marché de dupe et aujourd’hui je me rends compte qu’il y a eu un délit d’initiés, car deux semaines après que nous ayons acheté les 25 % de Chevron, le pétrole a chuté de 100 dollars –le baril- à 40 dollars. Si le cours était resté à 100 dollars, nous aurions remboursé notre dette à Glencore en quelques mois. Aujourd’hui, avec le soutien de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international nous sommes en négociation avec Glencore pour restructurer la dette. Nous avons également saisi nos avocats pour voir s’il n’y a pas eu un délit d’initiés.

Mais votre entourage proche est aussi accusé de s’être enrichi grâce à l’argent du pétrole?

Quand j’ai reçu ici le Président Directeur général de Glencore, je lui ai demandé : est-ce qu’il y a des gens à qui vous avez donné des commissions ? J’ai vu à sa réaction que c’est une question qu’il n’a pas aimée. Il y a une enquête qui est maintenant en cour. Elle va nous clarifier sur qui a fait quoi.

Tchadanthropus = “Diversion, à qui veut-il mentir. La vérité tout le monde la connaît. Le problème ne situe pas au niveau des bitumes de routes construites. Admettez que vous avez laissé voler, que tout le monde autour de vous vol, et que vous n’êtes capables de rien pour faire restituer les biens de Tchadiens tâchent vos poches. Le pétrole a été géré en lobby et commissions. Faites parler les détenteurs des villas à valeur excessive en comparant leurs salaires. Faites appliquer la loi que vous faites semblant d’appliquer sur les autres en soustrayant vos proches qui ne vont jamais en prison. Vous faites semblant de divertir les Tchadiens, mais eux n’oublient pas “.

 

 Est-ce que vous comprenez la frustration des Tchadiens qui voient que les fonctionnaires ont leur salaire amputé et qui au même moment entendent parler d’argent placé à l’étranger?

Quand je suis venu – au pouvoir – en 1990, les fonctionnaires avaient six mois d’arriérés et un demi-salaire. On a relevé un pays à terre et on l’a ouvert alors qu’il n’existait ni syndicats ni organisations de la société civile. À chaque fin d’année budgétaire, ils ferment tout, les écoles, les centres de santé pour dire : augmentez ! Leur salaire a été multiplié par 300. C’est avec l’arrêt de l’argent du pétrole qu’il a fallu réduire les dépenses.

Mais quand des mouvements de la société civile appellent à des « journées villes mortes » ils se retrouvent arrêtés puis condamnés pour complot. Pourquoi cette nervosité du pouvoir?

Le pouvoir n’est pas nerveux, il est face à une situation économique et financière dramatique. Les ressources hors pétrole ne permettent pas de couvrir les salaires annuels. Évidemment que les fonctionnaires ne sont pas contents que l’on réduise leur salaire. Ils ont raison. (…) Mais l’Occident finance des groupuscules pour déranger les gouvernements africains, surtout les francophones. (…) Quand le Tchad arrête, juge, emprisonne une personne, il ne fait qu’appliquer ses lois.

Tchadanthropus = “ Non Mr le président, à votre arrivée au pouvoir il n’y avait pas de demi-salaire, les archives de l’UNIR sont là pour le prouver. Depuis janvier 1990 les salaires étaient pleins. Et il n’y a pas eu des arriérées de salaires de 6 mois, c’est faux. Vous avez trouvé une administration digne de ce nom, c’est vous qui avez dévalué le niveau de nos administrateurs, de nos fonctionnaires en y adjoignant et responsabilisant des analphabètes, des semi-lettrés, des faux diplômés et des parents qui perçoivent des triples salaires. Vous avez responsabilisé des Soudanais à la place des Tchadiens. Cette diversion sur l’aspect salaire laisse comprendre qu’Idriss Déby s’en moque des revendications des fonctionnaires et des divers syndicats. Lui, il vit bien, mais les Tchadiens dans les villes et le monde rural vivent mal et ne doivent pas se plaindre. Voilà un diktat clairement prononcé “.

 

 Vous êtes arrivés au pouvoir il y a bientôt 27 ans, vous aviez alors quasiment le même âge qu’Emmanuel Macron. Est-ce que vous entendez demeurer président à vie?

Je ne suis pas un homme heureux et je ne l’ai jamais été. Je n’ai pas eu de jeunesse, comme tout le monde. Ma jeunesse s’est faite dans la guerre et au sortir de la guerre j’ai cette responsabilité – de diriger le pays. J’aurais souhaité m’arrêter en 2006 après mon second mandat. J’aurais alors cédé le pouvoir. Mais la guerre a éclaté. Des mercenaires ont attaqué N’Djamena. Et alors que je ne le voulais pas, la France est intervenue pour changer la Constitution. Il y a un constitutionnaliste dont je ne connais même pas le nom qui est venu ici. J’ai dit que je ne voulais pas changer la Constitution, mais ils sont passés par leurs arcanes et ont changé la Constitution.

– Vous dites que Paris vous a forcé la main pour rester au pouvoir?

Je dis qu’en tant que soldat j’avais donné ma parole de quitter le pouvoir en 2006, mais deux choses sont intervenues : la guerre et la France. (…) Maintenant, ce sont ceux-là même qui ont changé la Constitution qui me critiquent. (…) La guerre s’est arrêtée en mai 2008. La longévité dans ces fonctions n’est pas une bonne chose, mais il ne faut pas non plus laisser le pays dans un désordre. Entre deux maux, il faut choisir le moindre. (…) Le jour où le peuple tchadien me dira de partir, je partirai.

Tchadanthropus = “ Rectificatif Mr le président, la guerre s’est arrêté en 2009 avec la défaite de l’UFR à Amdam. Vous aviez affirmé que vous êtes un homme libre, souverain, n’est-ce pas? Comment puisse-on vous imposer de changer la constitution alors que vous vouliez passer la main? Vous dites une chose et son contraire. Vous aviez un cahier de charge avec ceux, avec lesquels vous aviez convenu de brader le Tchad. Si vous aviez des principes, vous auriez respecté votre engagement. Sauf que dans le cas d’espèce, tous les Tchadiens se souviendront aux mauvais souvenirs de vos promesses non tenues, aux mensonges multiples pour faire porter le chapeau aux autres. C’est une honte de dire que vous ne vous souveniez même pas du fameux constitutionnaliste qui s’est occupé de vous faire roi. Là encore vos principes s’effritent, et vos paroles sonnent faux. Pour le reste, les Tchadiens vous ont sanctionné lors de dernières élections présidentielles. En quelque sorte ils vous ont demandé de partir, mais pourtant vous aviez triché pour rester au pouvoir. Ce n’est pas Abakar Adoum Haggar qui le contredira “.

 

 

– Depuis plus de trente ans, vous êtes en guerre. Pouvez-vous vivre et diriger sans combattre?

Je n’aime pas le combat. J’ai perdu 17 de mes frères dans ces aventures. S’il y a un perdant dans tout cela, c’est d’abord ma famille. J’ai vu des enfants tchadiens mourir et vécu des moments difficiles où je n’avais aucune solution à apporter à mes blessés. Que ce soit contre la Libye, dans le conflit entre mouvements politico-militaires tchadiens, contre les mercenaires, contre les jihadistes, j’ai horreur de la guerre, car personne mieux que moi ne connaît les conséquences et les affres de la guerre. Des fois la nuit, je me réveille et je vois les morts des combats d’il y a vingt ou trente ans. Je ne suis pas un aventurier, je ne suis pas un guerrier, je suis un homme seul.

Tchadanthropus = “ Vous êtes un homme seul, dites-vous ? C’est la faute à qui ? Pas aux Tchadiens dans tous les cas. Quand on a un parcours glané de sangs, on est souvent seul sinon en prison. C’est juste ce qui vous hante en vous réveillant la nuit. Les morts des combats de trente ans ne reviennent pas en mémoire gratuitement“.

 

Tchadanthropus-tribune

1634 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article