Brigitte Bardot a envoyé aujourd’hui une lettre ouverte au président tchadien Idriss Deby pour protester contre la récente tuerie dans son pays de 40 éléphants pour leur ivoire, annoncée fin juillet par le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw). Selon l’Ifaw, citant la présidente de l’association SOS éléphants du Tchad Stéphanie Vergniault, les éléphants ont été tués le 23 juillet dans la région du Chari-Baguirmi, au sud-est du pays.

L’ivoire serait passé en contrebande par des ressortissants chinois travaillant pour la China National Petroleum Company sur un projet de construction d’un pipeline dans la région du Chari, selon Mme Vergniault. Envoyé en grande partie vers la Chine, il irait aussi à un moindre degré en Thaïlande.

Estimant qu’"il s’agit d’une véritable guerre", Mme Bardot remercie le président tchadien d’avoir fait intervenir des formes armées contre les braconniers. Elle souligne cependant que l’urgence est de "tout mettre en oeuvre" pour empêcher les massacres. A cet égard, elle soutient la demande de SOS éléphants de mettre en place dans cette zone un "périmètre de sécurité militaire" et demande de "rétablir la brigade mobile de protection de la faune sauvage". Elle rappelle que sa Fondation avait financé la livraison de véhicules pour les gardes tchadiens et propose de renforcer cette collaboration.

Selon l’Ifaw, il ne restait en 2010 que 2.500 éléphants au Tchad contre 4.000 en 2006. Pour l’association, qui dénonce aussi la démobilisation de la brigade anti-braconnage, les moyens répressifs sont désormais "insuffisants". Elle souligne qu’"avec plus de 24,3 tonnes d’ivoire saisies à l’échelle mondiale, 2011 a été la pire année jamais enregistrée dans l’histoire des éléphants".

 

154 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article