De source bien huilée, l’ex-président de l’Assemblée nationale tchadienne, Haroun Kabadi, voudrait absolument retrouver le perchoir au sein du nouveau Conseil national de transition, nouvellement nommé, et qui doit jouer le rôle d’un parlement de transition pour accompagner cette période tumultueuse, et très sensible que vit le Tchad.

Haroun Kabadi a dirigé l’Assemblée nationale du Tchad plus qu’une décennie. Une Assemblée nationale infantilisée sous le règne de l’ex-président Idriss Déby Itno. Une Assemblée qui n’a rien proposé au peuple tchadien en dehors de la politique politicienne, et qui a permis à la majorité MPS de faire la pluie et le beau temps. Le peuple n’a rien tiré d’une assemblée censée représenter les intérêts du peuple, de la population, et traduire dans les faits les aspirations d’une population souvent oubliée.

En dirigeant cette Assemblée qui ne fait que chanter la gloire d’un président dictateur, Haroun Kabadi s’est royalement enrichi sous le dos du peuple tchadien. Au-delà de la caisse de privilège (une caisse d’avance mensuelle de 75 millions de FCFA par mois.) Allouée à un président de l’Assemblée nationale, Haroun Kabadi est citée par les médias locaux dans des détournements d’argents publics, de pourcentage de 30% sur des dotations et attributions des projets de démarchage et des marchés avec certains entrepreneurs de la place. Un grand cadre, mais devenu cupide depuis qu’il s’est moulé au parpaing du MPS.

Si pendant plus d’une décennie Haroun Kabadi à la tête de l’Assemblée nationale n’a pu impulser une certaine notabilité de travail et de résultats envers le peuple tchadien, ce n’est pas dans un organe de transition qu’un homme pareil pourrait être désigné pour présider une instance comme le CNT.

La configuration actuelle du CNT et la désignation de ses membres sont trop commentées dans la sphère politique tchadienne. Nommer un individu comme Kabadi, ou encore les anciens du MPS risque de cristalliser la transition, et beaucoup y verrait comme l’installation de l’ancien système.

Le Tchad doit grandir et aller de l’avant. Les choucroutes qui ont mal servi le peuple tchadien pendant des décennies ne peuvent pas représenter encore le peuple tchadien. Binational (à cause de la double nationalité tchado/Américaine), Kabadi est vieux, et malade. Si on ajoute toutes les imperfections citées ci-haut, sa présence au perchoir du CNT serait considérée comme une insulte tout court envers le Tchad et sa population.

Tchadanthropus-tribune

1246 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire