Quelles que soient les raisons, l’arrestation et la garde à vue des leaders de la société civile Wakit Tama est un mauvais message que le gouvernement de transition envoie à l’égard de la jeune démocratie au Tchad.

On a tendance à penser qu’on est revenu à l’époque de Déby père vivant, avec ses lots de répressions arbitraires et d’embastillement continu.

Les leaders de Wakit Tama ont été convoqués dans la journée de lundi par la police judiciaire afin de les entendre. Aussitôt arrivés, Barka Michel, Dr SITACK Yombatina ainsi que le président du parti RDST Marting Félix Kodjiga ont été placés en garde à vue.

D’après nos sources, les autorités reprochent aux leaders de Wakit Tama un attroupement ayant causé un trouble à l’ordre public, et destruction des biens.

Maîtres Max Loalngar et Koude Mbainaissem seront convoqués devant l’ordre des avocats à cause de leur statut singulier.

Les autorités de la transition veulent absolument faire taire toute voix discordante qui ne sied plus à la fréquence qui leur convient.

Le ministre de la Sécurité Souleyman Abakar Adam fait une grossière erreur en se comportant de la sorte, juste après sa bavure au siège du parti les Transformateurs.

Tchadanthropus-tribune

563 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire