Le Pays est Pourri de l’intérieur.

Par une correspondance adressée au président de la transition Mahamat Idriss Deby avec copie au 1er Pahimi Padacké Albert, les travailleurs et travailleuses de l’autorité des régulations des communications électroniques et des postes (ARCEP), une entreprise d’état lève une voile d’alarme et dénonce. Les sommes prétendues détournées sont colossales et ahurissantes.

Nous sommes dans un monde de méchanceté et de règlement de compte assez souvent. Les constats à travers les réseaux sociaux sont plus qu’évidents, mais quand des employés du secteur tirent la sonnette d’alarme, il faut que l’État prennent ses responsabilité et envoie une équipe de contrôle dans le département concerné. La crédibilité du conseil militaire de la transition est en jeu.

Que le PCMT aille jusqu’au bout de la traque des voleurs de la république avec le scandale de la SHT. Cette affaire a redorer en partie le blason du PCMT face à ceux qui doutait des volontés réelles du PCMT au changement.

Aujourd’hui le scandale de la SHT, mais d’autres faits atroces et négatifs sur l’économie nationale sont très perceptibles. S’il y a lieu d’aller lever l’équivoque sur ARCEP, que les commissions de contrôles aillent fouiller partout où l’argent du contribuable est détourné.

Les ministres, les directeurs généraux et autres cadres qui ont presque tous ouvert des sociétés pour s’en octroyer des marchés, des prises illégales de fonds du trésor sans mise en place de projet alors que c’est illégal et inadéquat avec le code et lois de la fonction publique, doivent s’en expliquer et les présenter devant la justice.

Parmi certains ministres, le détournement se fait hors du Tchad depuis la source, d’autres surenchérissent le produit manufacturé et tirent leurs dividendes de l’entrepreneur en question.

Le Tchad est devenu un organisme de lobby de vol et détournements de deniers publics à outrance à ciel ouvert. Tant qu’un nettoyage de fond n’est pas fait, la frustration des Tchadiens sera intacts et ne fera que s’accentuer.

Il faut se faire violence et retrouver le respect des choses de l’état.

Lire ici la lettre ouverte.

 

À

Son Excellence Monsieur le Président du Conseil Militaire de Transition

Président de la République, Chef de l’Etat,

Le Général de Corps d’Armée MAHAMAT Idriss Deby.

S/C Premier ministre

Ministère des postes et de l’économie numérique

Excellence,

Les travailleuses et travailleurs de l’Autorité des Régulations des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), Entreprise d’Etat ayant une autonomie financière est soumise à une instabilité constante depuis les premiers événements tumultueux que le Tchad ait connus. Malgré l’accalmie que le pays connait aujourd’hui, surtout un secteur florissant comme les télécommunications, le Régulateur tchadien demeure le champ des individus qui militent pour son instabilité afin de garantir leur propre intérêt.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pour illustrer notre argumentaire, nous retenons les plus significatifs, à partir de novembre 2021 :

ARCEP, détournement de 6 milliards 500 Millions pour seul ARCEP ;

ü La Société des Télécommunications du Tchad (SOTEL), opérateur historique, Un Milliard a été détourné;

Les Pénalités payées par les opérateurs GSM :

ü Airtel a versé 3 Milliards 250 Millions, Tigo à 3 Milliards 250 Millions et les soldes ont été amortis progressivement jusqu’en fin d’année. De ces revenus, les primes des travailleuses et travailleurs étaient estimées à 300 000 FCFA par agent et 5 millions les directeurs à ce jour n’ont pas été versés.

Par contre, le Directeur Général de l’ARCEP Sadick Bassi Lougouma en a encaissé 80 Millions, le Directeur Général Adjoint du Ministère Mahamat Saleh Ibrahim aussi 80 Millions. Les 6 Milliards restant dans le carquois du Ministre des Postes et de l’Economie Numérique de Docteur Idriss Saleh Bachar.

Nous, agents du Secteur avions engagé des démarches pour réclamer nos droits de 3,5 sans succès. Ils avancent comme argument, que notre dossier est à la charge du Premier Ministre ou avec PCMT.

Aussi, le gouvernement dans sa politique de restructuration continue et du sauvetage de Sotel Tchad a intimé à ARCEP en Août 2019 d’accorder un prêt de 3 milliards pour servir au paiement des départs volontaires. Ainsi, 1 milliard 800 millions ont largement couvert les droits des volontaires toutes catégorie confondues.

De ce prêt, il en est resté 1 Milliard 200 Millions que seuls le Ministre Docteur Idriss Saleh Bachar et son Directeur Général Adjoint Mahamat Saleh Ibrahim en savent la destination.

Une simple arithmétique permet de totaliser 7 Milliards 200 Millions disparu sans trace, alors que les agents revendiquent que leurs droits représentant les 3,5 pourcent.

Au regard de ces malversations, nous espérions à un changement. Mais, contre toute attente, ce ministère a vu, sa direction confiée aux médiocres sans culture aucune, ni les préliminaires de l’administration et de la gestion.

Tchadanthropus-tribune

2459 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire