Des informations circulant sur les réseaux sociaux font état d’un crash d’un hélicoptère tchadien sur le territoire centrafricain. Il n’en est pas le cas, dément l’état-major général de l’armée de l’air tchadien.

 

Dans la nuit du 3 au 4 mai, la ministre des Affaires étrangères centrafricaines, Sylvie Baipo Temon, avait alerté sur Twitter le crash d’un hélicoptère non identifié sur le territoire centrafricain, à Bozoum, non loin de Bossangoa.

 

Quelques heures plus tard, un communiqué du parti Front Républicain accuse clairement le Tchad. Selon le communiqué diffusé par ce parti, l’hélicoptère en provenance du Tchad était piloté par des militaires français et ravitaillait les éléments de la CPC, un groupe rebelle centrafricain. Il n’en est pas le cas, soutient l’état-major général de l’armée de l’air tchadien.

 

Selon des sources que nous avons contactées, aucun appareil appartenant à l’armée tchadienne n’a survolé le territoire centrafricain. D’après ces sources bien placées, il s’agit plutôt de deux hélicoptères congolais (RDC) qui survolaient la Centrafrique avec une mission. L’un d’eux, poursuit nos sources, a eu un problème technique l’obligeant à forcer son atterrissage dans la localité de Bozoum.

 

L’état-major général de l’armée tchadienne et celui de l’armée de l’air démentent ainsi toute incursion de ses troupes ou appareils sur le sol centrafricain.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info 

2296 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire