Doha, capitale de l’émirat du Qatar, retient son souffle. Le pré dialogue semble avoir lieu dans sa capitale, malgré l’intérêt particulier et prioritaire de la couverture de la coupe du monde qui va se dérouler chez lui en cette année (2022).

Dans quelques jours, plusieurs délégations (Régime au pouvoir, politico-militaires et parti politique en exil) vont se converger vers cet émirat afin de dialoguer et voir quelles sont les opportunités qui permettront de faire la paix.

Cette paix, commence à prendre un boulet aux pieds à cause de certaines observations émises par les politico-militaires lors des échanges de Paris, et qui consistent à mettre en place un comité ad hoc pour les préparatives de cette rencontre de Doha.

Un des constats majeurs est le nombre pléthorique des mouvements fabriqués à la dernière minute pour créer du surnombre, et asseoir un terrorisme de fait dans les discussions. Il n’y a pas lieu de refaire en doublons cette captivité qui veuille mettre en minorité la partie adverse par des calculs politiciens.

L’autre volet qui risque de tout faire capoter, ce sont les thématiques de CODNI émises par le ministre Acheikh, destinées au dialogue inclusif civil, qui n’arbore en aucun point les interrogations des politico-militaires. Ces thématiques concernent essentiellement le dialogue inclusif, mais pas le pré dialogue. Il ne faut pas chercher à infantiliser les gens qui garde jusqu’à preuve de contraire des principes de débats afin de resurgir les idéaux des peuples et faire éclore la paix.

À bâbord toute…

Espérons que le travail pionnier fait par le ministre des Affaires étrangères Chérif Mahamat Zène, et le DG de l’ANS Ahmed Kogri puisse porter leurs fruits, et permettre au CTS (Comité technique spécial) d’entériner un travail de qualité. À bâbord toute, car tout le monde semble embarquer dans ce bateau en partance pour Doha, pourvu que cela finisse bien.

Attention, encore attention…

Il ne faut pas que le travail et la volonté affichée par le président de la transition soient sabordés par certains qui cherchent à prémunir leur ego, plus que l’intérêt du peuple tchadien.

Dans tous nos échanges entre politico-militaires, nous disions que personne n’est fatigué de la lutte. La disponibilité évidente des politico-militaires à aller aux dialogues détermine la réelle volonté d’une réconciliation nationale pour le bonheur du peuple tchadien dans son ensemble.

Il n’est plus question d’accepter l’injustice, l’iniquité, le non-partage du pouvoir dans son ensemble et de désigner à tous les postes de responsabilités, l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut. Mais ne jamais penser que les politico-militaires viendront à Doha pour faire de la figurine.

Tchadanthropus-tribune

796 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire