De point de vue éthique, l’ex-président Goukouni Weddeye devrait s’exprimer sur la manière invraisemblable de sa mise à l’écart. Rien ne l’oblige à se taire si on lui enlève le respect, sauf à l’évidence s’il a des intérêts ailleurs, et que cela le mène au silence.

L’équipe CTS dirigée par l’ex-président Goukouni Weddeye a abattu un travail à louer, acceptable, parce que le travail abattu a permis de réunir la plupart des politico-militaires, même si à tort ou à raison, certains sont mécontents pour une raison ou une autre.

Goukouni Weddeye est le seul à dire aux Tchadiens l’essentiel de son éviction, même si les bruits d’une démission ont été plus forts. Dans tous les cas, il n’a aucun intérêt à se taire, parce que cela le desservira à court, moyen, et long terme.

Comme publié précédemment sur Tchadanthropus-tribune, le trio Mahamat Zène Chérif (ministre des Affaires étrangères), Kogri Ahmed (DG de l’ANS) et Allamine Bourma Treyé (Chargé de communication du CTS et ex-ministre) ont abattu un travail colossal à Doha. C’est cette dernière marche de palier qui a permis aux Qataris de reprendre contact avec tout le monde. Mais en retour de la délégation, plusieurs réflexions ont changé et l’optique de la position initiale du CTS sur le pré dialogue n’était pas approuvée par le CMT, à qui plusieurs fiches d’informations furent remontées.

Entre reproches et fixations, les réunions ont été dures, car les suspicions émises ne pouvaient que fatalement démembrer le CTS présidé par Goukouni Weddeye.

Il y a aussi cette envie de muscler les délégations qui vont être envoyées négocier avec les politico-militaires. Le CMT pressentait trop d’amabilité entre politico-militaires et certains membres du CTS. Dans la nouvelle équipe, on a pris l’assurance d’incorporer des hommes de confiance et édulcorer la délégation d’autres membres qui en vérité n’auront aucun pouvoir de décision sur la suite du pré dialogue.

L’équipe nommée ce mercredi 09 mars 2022 est un commando qui cherchera à discuter sur les périphériques, en gardant blocus les acquis du CMT. Cette équipe saura-t-elle entendre ce que diront les politico-militaires ? Tant en son sein, il y a des personnes trop suffisantes, d’autres arrogantes, qui viendraient poser le décor.

C’est qui est sûr, côté politico-militaires et alliés, la ceinture doit être bien attachée. Personne n’ira à Doha faire de la figuration. Armé ou désarmé, personne ne foulera au sol les acquis qui ont mené plusieurs hommes et femmes à prendre les armes pour une lutte contre toutes les formes d’injustice. Et s’il fallait continuer cette lutte, elle continuera tant que les vraies causes ne seront pas élucidées. Doha sera déterminant pour la suite et l’avenir du Tchad.

Tchadanthropus-tribune

1658 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire