Nos confrères du journal Alwihda en ligne affirment qu’a ce jour, le mouvement politico-militaire n’a reçu aucune réponse du comité technique spécial.

Si cette affirmation est vraie, cela pose un réel problème d’inclusivité à vouloir faire la paix et le dialogue.

Le président de la transition a promis lors de son allocution qu’aucun tchadien ne sera exclu, tout comme les politico-militaires qui ont rencontré le CTS à Paris ont posé comme condition la présence de tous les politico-militaires, y compris le FACT. Doha ne doit pas être un terrain de faveur pour diviser les politico-militaires.

D’après les informations recueillies, le FACT dénonce une « attitude belliqueuse de N’Djamena » et « n’entend aucunement participer à un semblant de dialogue, à moins d’une réponse formelle et non équivoque à ses préalables ». Le CTS et Goukouni Weddeye doivent répondre à cette requête.

Le président du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), Mahamat Mahdi Ali, a affirmé ce 10 janvier que son mouvement « n’a reçu aucune réponse » du comité technique spécial à qui, il avait présenté un certain nombre de préalables pour sa participation au dialogue national inclusif.

« À l’instar de la société civile et des mouvements politico-militaires, convaincu de la nécessité d’un règlement pacifique de la crise tchadienne, et pour donner une chance au processus de dialogue en cours, le FACT a répondu à l’invitation du Comité Technique Spécial (CTS) en octobre 2021 », rappelle Mahamat Mahdi Ali dans un message de vœux pour l’année 2022.

À cette occasion, le FACT a présenté un certain nombre de préalables pour sa participation audit dialogue. « À ce jour le FACT n’a reçu aucune réponse du CTS. Le FACT qui prend bien acte de l’attitude belliqueuse de N’Djamena, n’entend aucunement participer à un semblant de dialogue, à moins d’une réponse formelle et non équivoque à ses préalables, ceux de la société civile et l’arbitrage de la communauté internationale », clarifie Mahamat Mahdi Ali dont le mouvement avait mené une offensive au Tchad en avril 2021 ayant conduit à la mort du président Idriss Deby Itno.

Le dialogue national inclusif s’ouvrira le 15 février 2022 à N’Djamena. Il sera précédé d’un pré-dialogue regroupant les politico-militaires au Qatar.

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda Info

733 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire