Avec ruse, le présidium déroule l’agenda des activités pour les travaux thématiques. Tout semble vicié dès le départ, car pour les politico-militaires, l’accord de Doha est vidé de ses substances dans les 20 points abordés au Qatar.

À Doha, il a été dit devant les parrains de cet accord et les facilitateurs de l’accord que les 20 points énumérés seront discutés à N’Djamena.

Le président du CMT, Mahamat Idriss Deby, met en garde et affirme que l’accord de Doha devrait être traduit dans ses faits dans toute son intégrité.

Mais ici, le présidium fait fi de l’ensemble de l’accord et met en avant dans les thèmes que l’aspect DDR avec les politico-militaires.

En clair, du côté de ceux qui tiennent ce dialogue, tout est ficelé, on fait le choix de choisir ses thématiques, et astucieusement chercher à éviter les confrontations dans les débats.

Ces méthodes ne doivent être acceptées pas les politico-militaires. L’accord de Doha doit être appliqué dans son intégralité. Sinon, il faut interpeller les acteurs ayant concouru à sa réussite.

Les leaders politico-militaires doivent rencontrer le président de Transition et expliquer ce raté volontaire.

Depuis l’ouverture de ce dialogue, le CODNI avant et le présidium après font avaler beaucoup de couleuvre aux participants, une méthode qui ne met pas en confiance les participants dans la salle, moins encore les compatriotes qui veulent intégrer ce dialogue.

On fait des passages en force et automatiquement on évoque le consensus. Une manière de contourner les vrais débats.

Attention à la frustration…

Il faut très vite revenir à de bons sentiments.

Accord de Doha PDF

Tchadanthropus-tribune

1501 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire