Le DG de la police Moussa Haroun Tirgo ne doit pas se comporter de la sorte au risque d’être accusé de saboter le processus de dialogue en cours.

Sinon, comment comprendre qu’au moment où un comité de sage et des religieux essayent de trouver un compromis avec les autres tchadiens qui ne participent pas au dialogue, la police sous les instructions de leur DG arrête les sympathisants des transformateurs, et encercle le siège dudit parti. Ces pratiques ne peuvent prévaloir au moment où la volonté du président de transition est toute sincère pour ramener la paix des cœurs.

Ceux qui œuvrent de cette manière n’encouragent pas la cohésion sociale, et au contraire posent les ingrédients de grandes frustrations. Les ennemis de la paix sont partout et imaginent plusieurs scénarios pour tirer le tapis sous le pied du PCMT.

Selon nos informations à la direction de police, aucune ordonnance ou loi n’encadre la propagande et l’animation. Alors, pourquoi chercher un problème là où il n’existe pas.

La démocratie est difficile à observer pour ceux qui sont habitués à avoir le sang sur les mains. Il faut dès à présent libérer les militants des transformateurs, et permettre aux sages de continuer leurs approches. On ne maltraite pas ceux qui sont ouverts au dialogue.

Transformateurs, ou autres c’est avec tous les fils du Tchad que ce pays avancera. Il faut aider à asseoir la politique de la main tendue du président du CMT, mais ne jamais faire semblant d’être avec lui pour le saboter. Les ennemis de la paix sont partout, il faut tous les débusquer.

Tchadanthropus-tribune

1757 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire