Haroun Bachar Nimane alias Sergouno est son nom. Cet individu identifié comme d’origine soudanaise aurait été placé à l’ambassade du Tchad à Tripoli par Daoussa Déby. Il serait resté depuis lors et faisait du faux avec les documents tchadiens. Des passeports et d’autres documents auraient été distribués contre des sommes d’argent. La mission américaine à N’Djamena avait mis un accent sur la disparité des documents tchadiens se trouvant entre plusieurs mains non tchadiennes. Le Tchad a demandé aux autorités de tripoli de l’arrêter et l’extrader à N’Djamena. C’est ce qui fut fait, sauf qu’à N’Djamena il fut gardé quelques jours par la police avant d’y être relâché. Le ministère des Affaires étrangères non plus réfute le fait qu’il soit un de ses fonctionnaires. Mais à la surprise de tous, cette même personne repart occuper les locaux de l’ambassade du Tchad à Tripoli. Nos recoupements se croisent, et nos correspondants l’attestent. Haroun Bachar Nimane est bien à Tripoli même si on lui avait arraché les cachets et les documents avec lesquels il faisait son commerce. Voilà un des visages du Tchad couvrant certains de ses fils souvent à deux vitesses par rapport aux autres citoyens.

Tchadanthropus-tribune

1500 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article