La grande injustice est celle exercée sur les compagnons de luttes.

 

Issu de la 26e promotion GMIA (groupement militaire inter-arme) Ousmane Adam Dicki est sorti sous lieutenant en 2013/2014. Après cela il a été nommé capitaine en 2015. Ce bambin programmé fut nommé par Idriss Déby commandant de compagnie adjoint de la lutte anti-terrorisme, puis en 2016 il passa au grade de colonel plein. Neveu d’Idriss Déby par la filiation de sa demi-sœur Aicha Déby, qui a la même mère que Oumar Déby. Son père répondant au nom de Adam Dicky est un officier analphabète au grade de général conseiller à la DGSSIE (garde prétorienne et présidentielle de Déby). En 2017 toujours le jeune Ousman Adam Dicki continue toujours à effectuer ses services à la compagnie anti terrorisme.

 

En 2018, Ousman Adam Dicki était nommé à la tête des FARF (forces d’appui aux régies financières), une compagnie budgétivore qui écume à hauteur de plus que 300 millions de FCFA par mois. Il se présente à la fin de chaque mois au trésor pour prendre cash l’argent destiné à cette mission. Beaucoup l’accuse de ne pas gérer cet argent à bon escient. Ses détracteurs tacites sont le TPG actuel et quelques officiers de sa communauté qui voient mal l’ascension d’un gamin à qui on aurait tout donné sans aucun sacrifice si ce n’est sa filiation aux Déby et la présence de son père au sein de la DGSSIE. Sa mission non soumise au contrôle de l’État est mal perçue au sein des Finances. Pourtant, malgré les grincements des dents, l’ancien ministre des Finances Issa Abdelmamout crée une ordonnance faisant des FARF une direction générale avec un responsable ayant le grade de général ou d’officier supérieur.

 

En octobre 2018, ce jeune homme au trait juvénile est nommé directeur général des Douanes. Un poste certainement trop épais pour sa jeune expérience, et très épars pour ses petits neurones. Mais tant pis pour les Tchadiens, ils apprendront à leurs dépens. Actuellement il y a un projet instruit par Idriss Déby et soumis à sa signature pour nommer Ousman Adam Dicki au grade de général de brigade.

 

Où sont les vrais officiers qui ont été formés dans les écoles militaires ?

 

À quoi ont servi ou servent les multitudes inspecteurs des douanes ?

 

Où sont les cadres sortis des écoles et régies à Clermont-Ferrand ?

 

Pour faire court, où sont les compagnons du même Déby, officiers, et qui l’ont aidé à conserver son pouvoir ?

Pauvres Tchadiens.

Tchadanthropus-tribune.

3244 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article