L’état-major de l’armée de l’air tchadien et la coopération Barkhane n’arrive pas avec précision affirmer avoir localisé un hélicoptère de l’armée tchadienne qui a disparu des radars depuis bientôt une semaine.

À N’Djamena, ce silence laisse place à plusieurs interrogations et supputations concernant cette disparition soudaine. L’engin un MI24 avait pour mission d’aller au nord du Tchad et déposer une cargaison de matériel à Faya Largeau le mercredi 13 mars dernier. Chose curieuse, plusieurs sorties et rotations de mirages 2000 de l’opération barkhane et l’arrivée d’un Drone depuis la ville d’Agadez au Niger n’auraient pas permis de recueillir la moindre information officielle.

Si auprès de l’armée les voix officielles ne pipent un mot, dans les travées de cette même armée des voix anonymes affirment que :

Cet hélicoptère avait coupé toute communication depuis le point GPS à Massaguet. Qu’à bord de cet appareil l’équipage serait composé de 4 personnes (3 compatriotes Zaghawa et un arabe mécanicien de l’appareil).

La deuxième version va plus loin et affirme qu’à bord de cet appareil plusieurs individus présumés acteurs ou complices d’un fameux coup d’État avorté par Khoudar contre Idriss Déby seraient à bord et qu’ils devraient être déposés à Koro-Toro. Parmi ces individus des figures connues proches de Déby.

Dans les diverses hypothèses, à N’Djamena certaines sources vont jusqu’à évoquer une défection des pilotes de l’hélico en question, le liant aux éléments de l’UFR. Mais dans la journée d’aujourd’hui, une autre information parle d’écrasement entre le Borkou et le Tibesti, et que des Débris auraient été aperçu.

Dans une autre optique, l’observation de nos confrères de Tchadactuel est de mise. D’après Tchadactuel, cet appareil est vieux et dont les délais de révision ont dépassé les 11 mois. Vétuste, sans GPS, et ni matériel de communication, cet appareil ne devrait pas effectuer un vol quelconque.

Toutefois, ce qui est curieux pourquoi le régime Déby à travers ses communicants se mure dans le silence, et laisse s’installer toutes les rumeurs les unes après les autres ?

Est-ce que les familles de l’équipage et le peuple tchadien n’ont pas droit de savoir ? Un MI 24 acheté avec l’argent des contribuables tchadiens, et qui disparaît, où s’écrase doit être dit aux Tchadiens selon les vérités des faits. C’est toujours ainsi que beaucoup de choses sont cachées à nos compatriotes, leur enlevant même le minimum des droits. Ce silence volontaire laisse présager le pire des scénarios et met les familles dans un stress quasi permanent.

Tchadanthropus-tribune

1448 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article