Kingabé Ogouzeïmi de Tapol, ex politico-militaire, a intervenu lors de la plénière par rapport aux nuisances sonores causées par le décollage des avions de chasse étrangers ici à N’Djamena qui, selon lui font beaucoup de bruits.

Pour éviter que : « Nos enfants qui sont entrain de naitre dans des maternités entendent ces bruits », Kingabé demande à la plénière de mener une réflexion pour réglementer ces nuisances sonores.

Ensuite, Kingabé Ogouzeïmi de Tapol pense que la position actuelle de l’aéroport international Hassan Djamous, n’est pas conforme et la population est exposée en cas d’accident majeur. « Est ce qu’on ne peut pas déplacer cet aéroport ?», pose-t-il la question à la plénière.

« Les besoins économiques et l’augmentation du nombre de la population fait que nous transportons quotidiennement des matières dangereuses. Il y a aussi le stockage de ces produits. (…)  Il y a des accords internationaux sur le transport des produits chimiques ».

Kingabé Ogouzeïmi De Tapol, participant au dialogue national, estime que la prolifération des stations d’essence dans la capitale présente un risque en cas d’accident industriel majeur. Kingabé Ogouzeïmi De Tapol souligne que « dans la ville de N’Djamena, on trouve partout des stations d’essence. En cas d’accident industriel majeur, comment la population tchadienne va être prise en charge ? Est-ce qu’il y a quelque chose dans ce sens ? »

Par ailleurs, l’ancien porte-parole du mouvement rebelle FACT s’interroge sur l’obligation de résultat des collaborateurs du président de la transition :

« Est-ce que le Président de la transition n’a pas besoin d’un cahier des charges ? Est-ce que les tchadiens n’ont pas le droit de savoir combien de conseillers a-t-il pour sa charge ? Les tchadiens sont en droit de demander les résultats des nombreux conseillers ».

Tchadinfos

696 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire