Après 31 ans d’exil politique, le 1er vice-président et porte-parole de l’Union des forces pour la démocratie et le Développement (UFDD), un mouvement rebelle de Mahamat Nouri, l’autre politico-militaire rentré au bercail, à la suite de la signature de l’accord de Doha pour les assises du Dialogue National Inclusif et Souverain n’en démord pas quant à ses aspirations. Il ne lésine sur aucun moyen pour donner sa position lorsque les circonstances l’exigent.
 
Visiblement, Mahamat Assileck Halata n’a pas encore perdu ses réflexes de rebelle lorsque la plénière devrait choisir le mode de vote. Pour lui, il n’y a pas de participant plus important que les autres dans la salle. « Président de l’Assemblée, ancien premier ministre, nous sommes tous égaux. Pendant 30 ans, qu’est-ce que vous avez fait ? C’est à cause du mauvais comportement de certains d’entre vous que nous autres avons été contraints à l’exil. Et si cela persiste, nous n’avons pas perdus nos reflexes de rebelles. Il ne faut pas fliquer les gens. Laissons les participants voter à bulletin secret et non à main levée comme vient de suggérer Haroun Kabadi», avait-il vociférer pendant l’adoption du règlement intérieur du DNIS.
 
Selon lui, le consensus opté par les membres du présidium et certains participants pose de problèmes. « Parce que dès que vous dites quelque chose et ceux qui sont à l’applaudimètre applaudissent, vous dites que tout le monde est d’accord. Mais non, on n’est pas d’accord. Je vais vous dire pourquoi je ne suis pas d’accord. On a parlé des problèmes de détournement des deniers publics, ce pays-là a été saigné. Tout le monde a parlé sans exception. Vous vous arrêtez à quelque chose de banal. J’ai comme l’impression que vous analysez cela. Qu’est-ce qu’on en fait de ceux qui ont volé. On leur donne un blanc-seing ? Qu’est-ce qu’on fait d’eux ? Qu’on mette en place une commission qui va réfléchir à tout ça mais qu’on ne passe pas par perte et profit, cette histoire de détournement des deniers publics et des marchés je ne sais quoi. Non ! Ça n’apparait pas dans la restitution que vous avez faite.
 
Hier, une femme dans la salle a dit quelque chose que plusieurs personnes dans la salle n’ont pas admis. Elle a dit j’ai volé. Mais comment, vous aimez ce pays-là ? Je vous le dit avec tout le respect que je vous dois, il faut absolument mettre en place une commission qui puisse sanctionner ceux qui ont volé, ceux qui ont triché et on va avancer », propose l’ex deuxième personnalité de l’UFDD.
 

Le PERROQUET.COM

1029 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire