Saleh Kebzabo, participant au dialogue national, estime que les partis politiques doivent être en mesure de couvrir les 2/3 du pays pour fonctionner.

« Il faut que les partis politiques soient en mesure, au nombre de 2/3 d’entre eux, de couvrir le pays. On ne veut pas des partis bidons, on veut des vrais partis », a déclaré Saleh Kebzabo. Des propos qui ont suscité une vive réaction des représentants des partis politiques au sein de la plénière. « Ils sont en train de bouffer sur mon temps de parole », a réagi Saleh Kebzabo.

« Un pays politique qui se veut sérieux doit être dans les 2/3 du pays, sinon ce n’est pas un parti politique. Il faut que les partis politiques soient sérieux. (…) On ne veut pas des partis bidons, on veut des vrais partis », a insisté le leader de l’UNDR.

S’agissant des élections, Saleh Kebzabo veut une résolution forte pour éviter la fraude : « tant qu’on n’aura pas des élections transparentes, nos problèmes ne seront jamais réglés ».
Il propose que la CENI soit composée d’un cabinet réduit de 12 membres, recrutés par un cabinet indépendant.

Tchadanthropus-tribune avec Alwihda info

654 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire