Le président de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), Gilberto Da Piedade Verissimo, a dit suivre avec « un vif intérêt » le déroulement des travaux du dialogue national inclusif et souverain ouverts le 20 août dernier à N’Djamena, au Tchad.

La CEEAC se félicite de l’importance accordée par le gouvernement du Tchad au caractère inclusif du dialogue national, et note « avec satisfaction » la participation effective des différents acteurs de la scène politique tchadienne, dont certains ont pris le train en marche pour se joindre à ces assises cruciales pour l’avenir du pays.

En outre, la CEEAC remercie le Qatar et l’ensemble de la communauté internationale, ainsi que les pays amis, pour leurs efforts de facilitation et la signature de l’accord de Doha, qui a permis au dialogue d’inclure les acteurs politico-militaires.

Aussi la CEEAC salue t-elle la présence dans la salle des leaders des mouvements politico-militaires signataires de l’accord de Doha et leur participation active aux débats et aux instances de direction du dialogue.

Toutefois, la CEEAC a constaté « avec regret l’absence » d’une partie de la classe politique, de la société civile et des mouvements politico-militaires dans la salle du dialogue, censée regrouper tous les Tchadiens en vue de créer les conditions de refermer définitivement les pages sombres de l’histoire du pays, qui a tant souffert de la division de ses enfants. Elle lance un appel solennel et pressant à toutes les entités concernées par les efforts de reconstruction du Tchad à se joindre au processus de transition en cours.

En outre, soucieuse de l’avenir du Tchad et du devenir de son peuple, et consciente de la place particulière qu’occupe ce pays dans le cadre de la sécurité sous-régionale et dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, et tout en saluant la conduite appréciable de la transition en cours, la CEEAC a pris « bonne note » des conclusions relatives au prolongement de la durée de la période de transition.

A cet effet, elle a appelé à la réalisation de la nouvelle phase de la transition dans un délai raisonnable et consensuel en vue de la mise en place d’un processus devant conduire à des élections « pluralistes, transparentes, libres et crédibles ».

A ce sujet, la CEEAC appelle le gouvernement de transition à maintenir ouvert le dialogue pour permettre à tous les acteurs politiques tchadiens d’intégrer le processus en cours. De même, elle en appelle aussi à la mise en œuvre des recommandations qui conduiront aux échéances électorales à venir.

Enfin, tout en réaffirmant son soutien aux efforts de recherche d’une solution politique durable et viable, la CEEAC invite les acteurs politiques du Tchad à renouveler, « de façon concrète », leur adhésion et engagement aux valeurs politiques partagées de l’Union africaine.

L’organisation régionale appelle l’ensemble des partenaires du Tchad et principaux acteurs de la communauté internationale, notamment I’Union africaine, I’Union européenne et les Nations unies à œuvrer par les moyens appropriés en faveur de la réussite de la transition politique en cours, en vue d’un retour rapide et durable à un ordre constitutionnel conforme aux principes et dispositions de la Charte africaine de la démocratie et de la gouvernance.

Communiqué de la CEEAC sur la Transition Politique au Tchad PDF

Yvette Reine Nzaba

670 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire