Il n’y a pas longtemps, la rédaction avait publié un article relevant l’affaire des passeports, cartes d’identité et autres titres. Les entreprises françaises SAFRAN & SELP avaient été désignées pour la faisabilité et la conception. Les entreprises ci hautes citées ont obtenue leurs fonds de démarrage depuis longtemps, et s’apprêtent courant mai 2018 de livrer les premières quantités de passeports. L’argent alloué, notre pays ne peut pas encore par ces moments de crises de décaisser d’autres sous pour stranguler les finances. Mais, la rumeur serait en train de gonfler sur la venue d’une entreprise belge à qui la présidence voudrait octroyer le même marché. Alors que fera-t-on de l’argent que le Tchad a avancé avec SAFRAN & SELP ? L’état tenterait-il d’aller au clash pour que notre pays se retrouve comme la crise advenue avec Glencore ? Le Tchad est-il prêt à perdre de l’argent inutilement ? Idriss Déby doit savoir que l’argent du Tchad n’est pas à jeter par la fenêtre. Pendant 28 ans, notre pays a été géré de la sorte, avec des déboires collectifs et des défauts d’expertises.

Plusieurs réunions ont eu lieu à la présidence et Idriss Déby est informé sur tout ce qui se passe. Pourtant il connaît l’existence de deux entreprises françaises avec lesquelles l’état tchadien s’est engagé. Pour mieux asseoir leur confiance, lesdites entreprises ont écrit au Quai d’Orsay sollicitant le ministre des Affaires étrangères LE DRIAN pour qu’il intervienne auprès de la présidence du Tchad. Une fiche serait remontée jusqu’à l’ambassade de France à N’Djamena. Que soient les conclusions de cette affaire, l’avenir nous le dira. Mais quand on est un état, et qu’on prend des engagements en avançant de l’argent avec une entité quelconque, il faudrait savoir tenir ces engagements, car notre effigie en dépend.

Tchadanthropus-tribune

  

 

3093 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article