Selon nos sources et les informations croisées avec nos confrères de Dja FM, l’officier de grade général se dit conseillé d’Idriss Déby et que ce dernier clame à qui veut l’entendre que c’est Idriss Déby en personne qui lui a légué l’ilot 51 de la section 5.

D’après les informations recueillies, ledit général avec quelques religieux en complicité avec les autorités municipales du 10e arrondissement cherche à construire sur le site un centre Culturel Islamique dénommé Al Nahda.

Est-ce qu’un président de la République a le droit de faire déguerpir des habitants de leurs biens propres et faire le don à un des siens pour construire un complexe sans leur assentiment ? En termes de droit la question reste posée.

Pour les habitants, il n’est pas question de bouger d’un iota de leurs habitations sur ledit site qui est un koudou, centre du village, acquis des autochtones et qu’ils occupent depuis plus de 25 ans.

Le nommé Mahamat Ibrahim Diker, Chef du Carré 38 de Fandoré que le reporter de Dja FM a interrogé et qui n’a pas pu retenir ses larmes a confié qu’ils piétineront son cadavre sur ce site avant la construction du centre Al Nahda. Il affirme les larmes aux yeux “ Le Maréchal du Tchad construit, mais ce Général détruit, mais on est où là “ s’interroge Ibrahim Diker Chef de Carré 38 de Fandoré.

Cette histoire est perçue par les Tchadiens comme une forme d’injustice caractérisée. Ailleurs dans un pays de droit, sans doute la justice dira le droit. Mais dans notre pays c’est l’injustice qui est la forme la plus absolue en termes de gouvernance.

Tchadanthropus-tribune

1524 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article