Un poids, deux mesures.

Le désormais ex-directeur général des douanes Ali Timan Deby Itno a été relevé pour cause de détournement avéré à la douane dont il avait la charge.

D’après nos sources, plusieurs milliards de FCFA auraient disparu des recettes de ce département à travers une magouille mise en place avec les fournisseurs, hors versement direct sur le compte des douanes. Si Beguera en son temps avait procédé pour que les commerçants et autres entrepreneurs versent à la source, depuis Douala, les sommes de taxation et transit. Cette fois une méthode pour contourner les règles a été minutieusement étudiée, et on prend du cash directement des mains de ces commerçants, des sommes qui auraient été reversées au profit du DG des Douanes Ali Timan.

La même source au sein même des services de Douanes affirme qu’auparavant les recettes dépassent les 19 milliards FCFA par mois, aujourd’hui le constat serait au tour de 10 milliards de FCFA. La sonnette d’alarme aurait été tirée par le 1er ministre Pahimi Padacké, constatant la diminution des montants des recettes. Mais le DG des douanes lui aurait dit qu’il serait instruit par le PCMT pour allouer certains fonds afin de faire rallier au régime des orpailleurs au nom de l’UFDD. Plusieurs milliards ont disparu de cette manière sans aucun contrôle par ce subterfuge malhonnête pour appâter des orpailleurs en achetant leurs véhicules et leurs armes, prononçant le nom du mouvement UFDD comme si sans le nom et sigle de l’UFDD, le soleil se lèverait à l’ouest.

Des fausses manœuvres, des mensonges, pendant ce temps, Ali Timan Deby siphonnait les recettes de Douanes dérivant les flux.

3 milliards de FCFA seraient son émolument sur les recettes détournées. 8 mois après sa nomination, si cette information est confirmée, ce serait 24 milliards de FCFA qui ont atterri dans les poches d’un seul individu, pas seulement parce qu’il aurait ramené des médailles pour le Tchad, mais parce qu’il se nomme Deby et Itno.

Pourquoi l’ANS ne l’avait pas interpellé ?

Il a fallu plusieurs intelligences pour que son éviction ne puisse fuitée. Après avoir informé le ministre des Finances et le 1er ministre, l’ex-DG des douanes fut convoqué à la présidence pour lui intimer la décision. Après acquiescement, Ali Timan fila à son bureau et aurait vidé le coffre où était gardé du cash. Il aurait emporté avec lui tout l’argent dans des sacs de jutes.

Le lendemain à son retour pour les passations de services, on le convoqua à la présidence, et le PCMT aurait intimé l’ordre de ramener illico presto les sommes détournées. C’est ainsi selon notre source que 5 milliards et demi ont été ramenés à la présidence et les sommes renvoyées au trésor public. Alors pourquoi ce traitement d’un poids et deux mesures quant à la jauge de l’Affaire de scandale de la SHT où les 1ers protagonistes sont arrêtés ?

Que les enquêtes ne s’arrêtent pas seulement à mi-chemin, ONASA, ANADER, ANLA, ARSAT, ONAPE, SODELAC, ADETIC, ARCEP, ANATS, ENASTIC, SOTEL, et toutes les entreprises d’État doivent passer en peigne fin, et ne pourront échapper à l’œil du cyclone du dialogue national inclusif et souverain, car même les recommandations de l’accord de Doha demandent un audit global sur les crimes économiques et les détournements à grande échelle !

Deux Tchad…

Le pillage à ciel ouvert est permis pour certains, mais à géométrie variable pour d’autres. Sans une équité dans le traitement des décisions, et une justice sans délai, les Tchadiens ne pourront pas faire confiance à qui que ce soit, malgré les bonnes volontés du PCMT et les annonces d’un dialogue pour la paix au Tchad.

Tchadanthropus-tribune

2863 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire