De sources dignes de foi, Hamat Gouni le CC adjoint de la ville de Moundou continue d’arnaquer les commerçants qui exportent les tourteaux vers le Cameroun voisin, et ce malgré la communication faite par le ministère des Finances sur la non-obstruction de ces produits. 

A Moundou au poste de Belaba une barrière est mise en place pour arrêter tout véhicule et gros porteur transportant des tourteaux. Chaque camion de marchandises doit payer la somme de 40 000 FCFA à la société DIGO SARL (maison de transit non homologuée) alors que ladite maison de transit n’offre aucun service pour expliquer le versement de la somme de 40 000 FCFA. Les commerçants se posent la question sur le pourquoi de cette taxe qui ne s’explique pas.

Au chargement des tourteaux, les commerçants s’acquittent de l’ensemble des taxes (Douane, BNF, recensement syndical des transporteurs, droit de place de mairie, certificat chambre de commerce), le tout à hauteur de 375 000 FCFA. Alors qu’est-ce qui explique les 40 000 FCFA qu’impose Hamat Gouni avec DIGO SARL ? 

A la frontière Tchad/Cameroun, le chef du bureau des douanes de Koutéré, un certain monsieur Élie prélève lui aussi 50 000 FCFA sur tout chargement qui doit traverser la frontière. 

375 000 + 50 000 + 40 000 FCFA = 465 000 FCFA de taxes et corruption afin que les commerçants vaquent normalement à leurs occupations. Où est l’État ? Pourquoi les services de l’État ne peuvent faire œuvre de salubrité pour l’essor de l’économie dans notre pays ? Ou est-ce simplement le Tchad est devenu un butin pour des bandits en liberté ? 

Tchadanthropus-tribune

938 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article