Tous les Tchadiens le savent, cette histoire de drogue n’a pas fini de révéler ses réalités.

Ce vendredi 17 juillet 2020, plusieurs témoins devraient venir éclaircir aux juges certaines parties restées inexplicables, complémentaires afin que les juges même s’ils demeurent suspects de par leur appartenance ethnique avec plusieurs présumés trafiquants.

Ce vendredi, le témoignage qui requiert notre attention est celui du DG des douanes Charfadine Mahamat Abdelkerim alias Beguéra.

Plusieurs présumés trafiquants le citent nommément, avec les preuves de disparitions des cartons de Tramadol dans ses services, et de l’argent qui aurait circulé à travers lui. S’il se raconte autour du DG des douanes qu’il aurait envoyé quelques personnes en conciliation avec les présumés en prison pour que son nom ne soit pas trop tancé. Que cela a été permis grâce à un des juges qui seraient son oncle maternel. Alors si tout cela est vrai, où est la justice réelle et équitable que tout le monde appelle de son vœu ?

À travers l’audition de Beguéra, que toutes les personnes citées dans cette affaire doivent répondre à la barre. Il ne s’agit pas de faire de passe-droit à certains parce qu’ils sont des officiers supérieurs, ou des chantres de la sécurité. Sans la force de la loi et la justice, les Tchadiens continueront à regarder en attendant l’heure que leur donnera le seigneur pour rétablir la vérité.

17 juillet, nous y sommes, pour que vive la justice, la vraie.

Tchadanthropus-tribune

1267 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article