Cette histoire comme toutes les autres qui noircissent l’image de notre pays s’est passée dans le quartier de Farcha à N’Djamena dans la capitale tchadienne.

Un maçon avait accepté de travailler pour un militaire qui se nomme Siddick à Farcha. Il devait effectuer un travail de réparation dans une maison. Au matin, le nommé Siddick lui remet 20 000 FCFA afin de commencer le travail avec la promesse du maçon de finir ce travail avant la tombée de la nuit. En partant au Travail lui-même, le sieur Siddick remit à ses cousins les 5000 FCFA qu’on doit remettre au maçon à la fin du travail effectué, sauf qu’à la fin de la journée le maçon n’a pas pu finir complètement les réparations à effectuer. Voyant la nuit tombée, le maçon demanda s’il est possible de revenir finir le travail le lendemain matin. Les cousins du sieur Siddick aurait apostrophé le maçon en lui disant qu’ils ne sont pas d’accord, et que d’ailleurs à la base même le tarif de 25 000 FCFA est trop cher. C’est ainsi qu’une dispute éclata et le maçon fut rossé jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Le croyant mort, il fut jeté loin de la concession. C’est un passant qui a averti la police et le corps encore en vie fut transporté à l’hôpital.

 

Qui sont réellement ces personnes ?

Pourquoi ont-ils agi de la sorte ?

La rédaction reviendra après des investigations approfondies… Nous reviendrons.

Tchadanthropus-tribune

1389 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article