L’initiative conjointement organisée par le bureau local du HCR à travers son projet FSI et les ministères tchadiens de la sécurité publique et de la justice chargé des droits humains, vise à outiller les forces de sécurité intérieure tchadiennes en droit international des hommes et les violences basées sur le genre.

Dans la pratique, cet atelier à indiqué le représentant du Haut Commissariat aux droits de l’homme du Tchad vise à créer un vivier de talents et un pool de formateurs en droit international y compris les violences basées sur le genre au sein des grandes académies et écoles de formation des FSI ( forces  de sécurité intérieure) du Tchad.

Une opération qui de l’avis du diplomate Onusien permettra aux différents officiers présents au cours de cette formation de restituer les enseignements reçus auprès de leurs camarades de corps pour une meilleure application et respect des droits de l’homme dans l’exercice de leurs activités professionnelles.

Une aubaine pour les forces de sécurité intérieure du Tchad s’est félicité le Secrétaire général adjoint du Ministère de la Justice, chargé des droits humains tchadien qui a expliqué que les forces de sécurité du Tchad souvent confrontées au problème de sécurité engendré par les groupes armés non étatiques y compris les groupes terroristes  possèdent par le biais de cet atelier un instrument précieux de renforcement de capacités.

Satisfaction également pour le représentant du ministre tchadien de la sécurité publique et de l’immigration, Abdoulaye Trahir qui  a souligné que cette activité témoigne à suffisance de l’excellente collaboration qui existe entre le gouvernement de la République du Tchad ainsi que l’ensemble du système des nations unies et s’inscrit dans la vision du Président de Conseil Militaire de Transition de faire du Tchad un pays de paix et de développement.

En rappel le projet FSI est un complément au projet en appui à la force conjointe du G5 Sahel dans la mise en œuvre du cadre de conformité aux droits de l’homme et au droit international.

Financé par l’Union Européenne, il couvre trois pays du Sahel à savoir la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Le Journal Chrétien

437 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire